En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements de la bronchiolite

Mis à jour : Mardi 15 Mai 2012

Il ne peut y avoir d’automédication en cas de bronchiolite chez un nourrisson, sauf pour soulager la fièvre . Seul le médecin peut juger si l’administration d’un médicament est nécessaire en complément des lavages du nez et de la kinésithérapie respiratoire.

Sans complications, la bronchiolite guérit en sept à dix jours. Le traitement consiste essentiellement à traiter les symptômes : lavage du nez avec du sérum physiologique, kinésithérapie respiratoire pour aider l’enfant à expulser les sécrétions bronchiques par la bouche et, si nécessaire, apport supplémentaire d’oxygène. Un médicament contre la fièvre est prescrit lorsque la température le justifie. Les fluidifiants bronchiques sont contre-indiqués chez les enfants de moins de deux ans. Les anti-inflammatoires de la famille des corticoïdes ne semblent pas avoir d’intérêt dans le traitement de la bronchiolite. Les antibiotiques ne sont administrés qu’en cas de surinfection bactérienne. Les médicaments bronchodilatateurs (comme ceux utilisés lors d’une crise d’asthme) sont contre-indiqués, voire dangereux pour le jeune enfant. Les médicaments contre la toux sont à éviter car ils empêchent l’expulsion des sécrétions bronchiques.

L’hospitalisation est nécessaire dans les formes les plus graves. La bronchiolite est néanmoins la principale cause des admissions de nourrissons à l’hôpital en période hivernale. 

bonjour docteur

La kiné respiratoire : un traitement choc

Pour voir un autre reportage sur le sujet avec notre partenaire Allodocteurs.fr

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?