Les causes des coliques du nourrisson

Mis à jour : Mardi 17 Juillet 2018
    L’origine de ces coliques est difficile à déterminer. Plusieurs hypothèses sont toutefois avancées :
  • L’intestin de certains nourrissons mettrait plus de temps à parvenir au degré de maturité nécessaire pour assurer une digestion normale, produisant ainsi ballonnements et spasmes.
  • Le nourrisson avalerait trop d’air en tétant, ce qui entraînerait aérophagie et ballonnements.
  • Chez les enfants allaités par leur mère, ces coliques pourraient être une réaction indirecte au lait de vache. Une consommation importante de lait ou de produits laitiers (en particulier certains fromages) par la mère enrichirait le lait maternel en substances mal tolérées par l’intestin du bébé.
  • Chez les enfants allaités artificiellement, ces coliques peuvent être un signe d’allergie aux protéines du lait de vache ou d’une intolérance au lactose.
  • Enfin, il a été suggéré que l’anxiété de la mère (en particulier dans le cas du premier enfant) pourrait favoriser l’apparition de coliques. Le nourrisson étant sensible aux émotions de sa mère, il exprimerait ainsi l’inquiétude qu’il perçoit chez elle.
L’intolérance au lactose
L’intolérance au lactose est due à une sécrétion insuffisante de lactase (l’enzyme qui digère le lactose) par l’intestin. Dans certains cas, cette insuffisance est héréditaire et ces symptômes apparaissent dès la naissance. Dans d’autres cas, l’insuffisance est la conséquence temporaire d’une infection de l’intestin et disparaît avec sa guérison. L’intolérance au lactose se traduit par la production d’une diarrhée aigrelette et irritante pour le siège, ainsi que par des vomissements, des ballonnements, des gaz, des maux de ventre, etc.

Actualités

Écorces de quinquina : Cinchona officinalis (illustration @H. Zell sur Wikimedia).

Chloroquine… une histoire… d’avenir ?

Seulement deux cas rapportés à Hong Kong

COVID-19 et animaux domestiques : que dire à ses patients ?

Ne pas interrompre les traitements immunomodulateurs à titre préventif (illustration).

COVID-19 et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, pas de panique