Comment réagir en cas de coliques du nourrisson ?

Mis à jour : Jeudi 11 Juin 2020

Comment soulager une colique du nourrisson ?

  • Si vous allaitez votre enfant, vous pouvez essayer de ne plus consommer de lait et de produits laitiers pendant une semaine pour voir si les coliques du bébé se calment. Si c’est le cas, demandez à votre médecin de vous prescrire un complément alimentaire ou un médicament contenant du calcium.
  • Veillez à ce que votre bébé avale le moins d’air possible lors des tétées en s’assurant qu’il prenne bien le téton en bouche ou en maintenant son biberon incliné.
  • Si vous lui donnez le biberon, votre médecin vous conseillera peut-être d’essayer un lait sans lactose. Ne changez pas le régime alimentaire de votre enfant sans l’avis de votre médecin et n’utilisez pas de médicament sans ordonnance sans lui en parler au préalable.
  • Faites-lui faire son rot après son repas et attendez un peu avant de le coucher.
  • Une bouillotte tiède posée sur son ventre peut contribuer à calmer les ballonnements.
  • S’il pleure, prenez-le dans vos bras, promenez-le ou bercez-le. Les balades en poussette ou en voiture sont parfois efficaces. Vous pouvez également essayer de lui masser les bras, les jambes ou le dos (en le mettant à plat ventre sur vos genoux).
  • Si possible, évitez de paniquer ou de vous énerver, vous risqueriez de communiquer votre stress à votre bébé, ce qui aggraverait la situation. Si vous êtes épuisé par les cris et les pleurs de votre enfant, demandez de l’aide à vos proches pour prendre le relais et pouvoir vous reposer.
Conduite à tenir en cas de coliques du nourrisson
  Si le bébé paraît affamé, mais vomit tout ce que vous lui donnez.
  Si du sang apparaît dans ses selles.
  Si, pour la première fois, le bébé a une crise de pleurs que ses parents n'arrivent pas à calmer.
  Si les coliques ne cessent pas au bout d'une heure ou deux.
  Si le bébé a de la fièvre ou vomit.
  Si son ventre semble douloureux lorsqu'on le touche.
  Si, après une première consultation, les symptômes s'aggravent.
  Si le bébé refuse de téter et que son état général se détériore.
  Si les pleurs font penser à des coliques déjà diagnostiquées par le médecin et si l'enfant ne présente pas d'autres signes.
Légende
Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
Consultez un médecin dans la journée.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de colique du nourrisson ?

Le médecin s’assure qu’il s’agit bien de coliques du nourrisson. Exceptionnellement, il peut procéder à des analyses complémentaires, par exemple une prise de sang, des examens des selles ou une échographie abdominale. Il recherche également des signes qui pourraient indiquer une allergie alimentaire. Il peut éventuellement prescrire certains médicaments pour calmer les gaz et les ballonnements de l’enfant. Il ne conseille pas forcément aux parents de changer le lait artificiel qu’ils utilisent, même si ceux-ci s’attendent souvent à ce type de décision.

Quels sont les traitements des coliques du nourrisson ?

Il est préférable de ne pas donner de médicaments pour soulager les coliques du nourrisson sans avis médical. L’allaitement maternel est parfois cité comme mesure de prévention, mais les nourrissons allaités au sein connaissent également ce type de problème. Il est toujours préférable que le repas se fasse dans une atmosphère calme et détendue, et d’essayer de modérer les ardeurs des bébés goulus. Après son repas, prenez le temps de promener.

Actualités

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?

L'édition 2020 du MédicoSport-Santé est disponible sur VIDAL.fr

Prescription de l’activité physique et sportive : l’édition 2020 du MédicoSport-Santé est en ligne

La pathologie neurologique au cours de la COVID-19 de mieux en mieux connue (illustration).

Atteintes neurologiques liées au SARS-CoV-2 : fréquentes et variées