En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Croûtes de lait (dermite séborrhéique)

Mis à jour : Mardi 03 Juillet 2018

Les croûtes de lait (également appelées dermite ou dermatite séborrhéique) surviennent fréquemment chez les enfants au cours des six premiers mois. Ni graves ni gênantes, elles peuvent néanmoins persister, s’étendre ou s’infecter. Ces croûtes liées à un excès de production de sébum par la peau n’ont aucun rapport avec le lait.

Quels sont les symptômes des croûtes de lait ?

Les croûtes de lait apparaissent sur le cuir chevelu, le plus souvent à partir de la fontanelle, et parfois sur le visage. Elles forment des plaques d’épaisseur variable, le plus souvent blanchâtres, parfois jaunâtres, grisâtres ou brunâtres. Ces plaques, d’aspect plus ou moins gras, adhèrent fortement à la peau. Parfois, elles s’étendent et se rejoignent jusqu’à former une sorte de carapace écailleuse sur le cuir chevelu. Elles peuvent également apparaître sur les fesses et dans les plis de peau.

Les zones croûteuses sont souvent entourées d'un liseré rouge. Elles ne démangent pas et le bébé ne montre aucun signe d'inconfort.

Quelles sont les complications des croûtes de lait ?

Les croûtes de lait ne sont ni graves ni même gênantes pour l’enfant, mais elles sont inesthétiques et peuvent persister des mois. Elles peuvent être infectées par des bactéries ou des levures (Candida). Les croûtes s’étendent parfois au reste du corps, avec un aspect plus rouge. On parle alors de maladie de Leiner-Moussous. Dans certains cas, les croûtes de lait peuvent évoluer vers un eczéma atopique (allergique).

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité