En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Croûtes de lait (dermite séborrhéique)

Mis à jour : Mardi 22 Février 2011

Les croûtes de lait (également appelées dermite ou dermatite séborrhéique) surviennent fréquemment chez les enfants au cours des premiers mois. Ni graves ni gênantes, elles peuvent néanmoins persister, s’étendre ou s’infecter. Ces croûtes liées à un excès de production de sébum par la peau n’ont aucun rapport avec le lait.

Quels sont les symptômes des croûtes de lait ?

Les croûtes de lait apparaissent sur le cuir chevelu et parfois sur le visage. Elles forment des plaques d’épaisseur variable, le plus souvent blanchâtres, parfois jaunâtres, grisâtres ou brunâtres. Ces plaques, d’aspect plus ou moins gras, adhèrent fortement à la peau. Parfois, elles s’étendent et se rejoignent jusqu’à former une sorte de carapace écailleuse sur le cuir chevelu.

Quelles sont les complications des croûtes de lait ?

Les croutes de lait ne sont ni graves ni même gênantes pour l’enfant, mais elles sont inesthétiques et peuvent persister des mois. Elles peuvent être infectées par des bactéries ou des levures (Candida). Les croûtes s’étendent parfois au reste du corps, avec un aspect plus rouge.

Actualités

Nourrisson équipé d'une canule nasale Optiflow Junior permettant de délivrer une oxygénothérapie à haut débit (© Fischer & Paykel Healthcare).

Bronchiolites sévères du nourrisson : l’oxygénothérapie à haut débit d’emblée limite l'escalade thérapeutique

En cas de situation à risque (zone épidémique en particulier), les bébés âgés de 6 à 12 mois peuvent être vaccinés contre la rougeole en utilisant le ROR (illustration).

Vaccin contre la rougeole avant l’âge de 1 an : la HAS préconise d'utiliser le ROR à la place de ROUVAX

La HAS publie une fiche méthodologique pour la création d'outils de décision médicale partagée (illustration).

Outils d'aide à la décision médicale partagée : rappels et préconisations de la Haute Autorité de Santé