Eczéma du nourrisson (dermatite atopique)

Mis à jour : Vendredi 06 Décembre 2019

L’eczéma du nourrisson, ou dermatite atopique, touche environ 10 % des enfants avant l’âge de deux ans. Il est souvent lié à un problème d'allergie alimentaire. Les démangeaisons intenses provoquées par cette maladie nécessitent en général un traitement prescrit par le médecin.

Quels sont les symptômes de l’eczéma du nourrisson ?

eczéma bébé

L’eczéma du nourrisson est une maladie de la peau qui évolue par poussées et apparaît généralement entre l'âge de trois mois et deux ans. Sur le visage, il se manifeste par des plaques rouges qui épargnent le pourtour des yeux, du nez et de la bouche. Les plis du cou et des coudes sont également touchés. Habituellement, les zones situées sous la couche ne présentent pas de lésions. Chez l’enfant plus âgé, l’eczema touche surtout les bras et les jambes. Des boutons et des vésicules apparaissent sous les plaques rouges. Ils démangent fortement et évoluent sous forme de croûtes jaunâtres. Le nourrisson ne peut s'empêcher de se gratter, provoquant ainsi une inflammation qui aggrave les lésions et les démangeaisons. La qualité de son sommeil peut diminuer et l'enfant devient grognon et fatigué. Les démangeaisons sont aggravées par la chaleur, la transpiration, le froid, le temps sec, ainsi que par le contact de vêtements en laine ou en fibre synthétique.

Quelles sont les complications éventuelles de la dermatite atopique ?

L'eczéma du nourrisson n'est pas une maladie grave, mais les lésions provoquées par le grattage peuvent s'infecter et laisser des cicatrices visibles. Sans que l'on sache s'il existe un lien de cause à effet, les enfants qui ont présenté un eczéma dans leur petite enfance ont un risque plus élevé de développer un asthme (dans 50 % des cas) ou une rhinite allergique (un rhume des foins, dans 30 % des cas).

Actualités

Entre 2006 et 2017, la prescription d'opioïdes forts a augmenté d'environ 150 % en France

Restriction de la durée de prescription de tramadol : retour sur les raisons de cette décision

 La couverture vaccinale contre l'infection à HPV est particulièrement faible en France (illustration).

Vaccin anti-HPV : état des lieux français et leçons danoises

Pas de problème majeur en France concernant les apports en fer et en folates, mais des actions de prévention ciblées cependant nécessaires (illustration).

Attention aux carences en fer et en folates : les messages de l’étude nationale Esteban