En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Enurésie (pipi au lit)

Mis à jour : Mardi 05 Juin 2018

Lorsqu’un enfant âgé de plus de cinq ans ne contrôle pas l’émission de ses urines, on parle d’énurésie. Environ 15 % des enfants sont concernés, dont les deux tiers sont des garçons. Le traitement de ce problème nécessite une mise en confiance et des encouragements.

Quels sont les symptômes de l’énurésie ?

enfant pipi au lit

Même si la propreté est normalement acquise vers quatre ans, on parle d’ énurésie lorsqu’un enfant de cinq ans ou plus ne peut se passer régulièrement de couches la nuit (énurésie primaire) ou bien si, après avoir atteint le stade de propreté, il recommence brusquement à mouiller son lit (énurésie secondaire, moins fréquente). Plus rarement, l’enfant souffre également d’incontinence urinaire pendant la journée. Jusqu’à l’âge de sept ans, tous les enfants peuvent occasionnellement connaître un petit accident de fuite urinaire, sans souffrir pour autant d’énurésie nocturne.

Quelles sont les complications éventuelles de l’énurésie ?

Faire pipi au lit ne donne pas lieu à des complications. Il y a problème lorsque les parents font trop grand cas de ce phénomène et créent chez l’enfant un sentiment de culpabilité. Ce sentiment peut même aggraver le phénomène si on l’associe à l’idée de dégoût ou de honte. Il est souvent nécessaire d’en parler au médecin pour briser ce cercle vicieux.

Actualités

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019

80 % des syndromes de Takotsubo (syndrome du cœur brisé) touchent les femmes de plus de 50 ans (illustration).

Syndrome du cœur brisé (de Takotsubo) : publication d'un consensus d’experts, mais des questions demeurent

Le test Immunoscore prédit la progression du cancer du côlon en mesurant la présence de lymphocytes CD3 et CD8 cytotoxiques dans et autour de la tumeur (illustration).

Cancer du côlon : efficacité confirmée du test Immunoscore pour évaluer le risque de récidive après chirurgie