En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Fesses rouges du nourrisson

Mis à jour : Lundi 03 Avril 2017

L’érythème fessier, ou dermite du siège, est assez fréquent chez le nourrisson, même avec des couches très absorbantes. La peau des fesses des bébés s'irrite rapidement mais guérit tout aussi vite. Parfois, une infection peut compliquer cette irritation et doit être traitée par des médicaments.

Quels sont les symptômes de l’érythème fessier ?

fesses rouges de bébé

Les rougeurs débutent souvent au niveau de l’anus ou des plis de l'aine. Elles peuvent s'étendre aux testicules, à la vulve ou à l’ensemble du siège. Parfois, la partie superficielle de la peau pèle et des boutons ou des vésicules apparaissent qui éclatent, suintent ou saignent. Lorsque des fissures infectées se forment dans les plis de peau, on parle d'intertrigo.

Quelles sont les complications de l’érythème fessier ?

Si les fesses restent rouges, les lésions peuvent s'infecter sous l'action d'un champignon de la famille des levures, le Candida, ou plus rarement d’une bactérie ; les lésions apparaissent alors blanchâtres ou jaunâtres. Si cette infection n’est pas soignée, ces lésions peuvent se transformer en plaies sanglantes et douloureuses.

Actualités

La névralgie du trijumeau est plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par des douleurs violentes, en général unilatérales, situées sur le territoire d\\\'une branche du nerf V (illustration).

Névralgie du trijumeau : premières recommandations françaises sur le diagnostic et la prise en charge

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations