En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements des fesses rouges

Mis à jour : Lundi 03 Avril 2017

Le plus souvent, l'érythème fessier régresse en quelques jours avec des soins d'hygiène et l'application d'une pommade protectrice.

Les protecteurs cutanés pour soigner l’érythème fessier

Après la toilette, la peau peut être protégée à l’aide de protecteurs cutanés à base d’oxyde de zinc ou de talc. Certains sont spécifiquement indiqués contre l’érythème fessier du nourrisson. Attention, la lanoline contenue comme excipient dans certaines pommades peut provoquer des réactions allergiques.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les produits d’hygiène pour l’érythème fessier

On trouve également de nombreux produits d’hygiène (qui ne sont pas à proprement parler des médicaments) pour traiter les rougeurs sur les fesses des nourrissons. Ils peuvent être utilisés en complément de la toilette. Il s’agit par exemple de pâte à l’eau protectrice, de crème réparatrice au cuivre ou au zinc, de liniment oléocalcaire. Vous trouverez ci-dessous des produits à titre d’exemple et de façon non exhaustive.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures