Fièvre de l’enfant

Mis à jour : Jeudi 05 Mars 2020

La fièvre est généralement une réaction du corps face à des micro-organismes qui s’y sont introduits. Un bébé ou un enfant en bas âge a de la fièvre si sa température rectale dépasse 38 °C. Il n’est pas nécessaire de traiter celle-ci lorsqu’elle reste inférieure à 38,5 °C. Lorsqu’un traitement s’avère nécessaire pour faire baisser la température, il est préférable d’utiliser du paracétamol.

Quand parle-t-on de fièvre chez l’enfant ?

La fièvre n’est pas une maladie en soi, mais une manifestation signalant une réaction de l’organisme, le plus souvent face à une infection. Un bébé ou un enfant en bas âge a de la fièvre si sa température rectale dépasse 38°C. Les signes de la fièvre chez un enfant sont la fatigue et l’abattement, les yeux brillants, la peau sèche et chaude surtout sur le visage et le dos, la peau humide et légèrement froide sur les jambes et les bras, une respiration accélérée et une soif intense.

Quelles sont les causes de la fièvre chez l’enfant ?

La plupart du temps, chez l’enfant, la fièvre est provoquée par une infection virale ou bactérienne : otite, gastro-entérite, angine, infection urinaire, bronchiolite, par exemple. La fièvre peut également être due à un coup de chaleur ou un coup de soleil. Parfois, elle apparaît de manière temporaire après une vaccination. La présence simultanée d’une sensibilité excessive à la lumière, d'une raideur de la nuque, d'une grande fatigue, ou de vomissements doit amener à consulter en urgence.

Comment bien prendre la température d’un enfant ?
La meilleure façon de mesurer la température d’un enfant est d’utiliser un thermomètre électronique par voie rectale (par l’anus). L’utilisation d’un thermomètre électronique dans la bouche demande plus de temps et doit être corrigée, la bouche étant moins chaude que le corps. Les thermomètres infrarouges à utiliser dans l’oreille sont rapides (une seconde) mais exigent une bonne technique pour viser le tympan avec l’appareil. Les bandelettes à poser sur le front sont réservées à certaines circonstances.

Quelles sont les complications éventuelles de la fièvre chez l’enfant ?

Les complications viennent le plus souvent de la maladie ayant causé la fièvre. De plus, chez les bébés qui ne boivent pas suffisamment, une forte fièvre peut entraîner une déshydratation.

Chez les enfants qui y sont prédisposés, une poussée brutale de fièvre peut déclencher des convulsions. Le corps de l’enfant se raidit brusquement, l’enfant roule des yeux et présente des spasmes des bras et des jambes, parfois du corps tout entier. Ces convulsions ne durent guère plus de quelques minutes.

Les convulsions fébriles apparaissent habituellement entre l’âge de 6 mois et 5 ans en cas de forte fièvre chez des enfants génétiquement prédisposés. Elles touchent entre 3 et 5 % des enfants âgés de moins de 5 ans. Elles sont généralement sans gravité mais peuvent récidiver. On estime le risque de récidive à 50 % avant l’âge de 1 an et 30 % après cet âge. Le risque de récidive est plus élevé chez les enfants qui ont fait un premier épisode de convulsions avant l’âge de 1 an, ceux qui ont fait un deuxième épisode et ceux qui ont des antécédents familiaux d’épilepsie. En général, les convulsions fébriles disparaissent spontanément avec l’âge.

Si elles ne sont pas une forme d’épilepsie, l’existence de convulsions fébriles chez un petit enfant peut indiquer un risque plus élevé de souffrir d’épilepsie plus tard. Mais cela ne concerne que les enfants qui ont eu des crises de convulsions fébriles dites « complexes » avec plusieurs critères de gravité : 1e crise avant l’âge de 6 mois, convulsions répétées pendant une même période fébrile, convulsions durant plus de 15 minutes, convulsions ne touchant qu’une moitié du corps, ou paralysie partielle temporaire après une crise de convulsions.

En cas de convulsions chez un enfant fébrile, il est nécessaire d’appeler le 15 ou de consulter un service d’urgence au plus vite. En attendant, essayez de faire baisser la fièvre avec un médicament à base de paracétamol sous forme de suppositoire (plus rapidement efficace).

Actualités

En dehors de Mayotte et de la Guyane, l'état d'urgence sanitaire est levé en France depuis le 10 juillet à minuit (Illustration).

COVID-19 : fin de l'état d'urgence sanitaire, mais prolongation de plusieurs mesures jusqu'au 30 octobre...

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus