En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Jaunisse du nourrisson

Mis à jour : Vendredi 22 Juin 2018

Chez les nouveau-nés, une forme de jaunisse bénigne survient fréquemment dans les jours qui suivent la naissance, en particulier chez les enfants prématurés. D'autres formes de jaunisse, plus rares et plus graves, existent également chez le nouveau-né et chez l'enfant.

Les symptômes de la jaunisse chez le nouveau-né

jaunisse de bébé

La jaunisse (ou ictère) se traduit par une coloration jaunâtre de la peau, des muqueuses et du blanc de l’œil. Chez les nouveau-nés, dont la peau est souvent rouge, on observe de fait une coloration orangée. La jaunisse bénigne, appelée également ictère physiologique, apparaît en général à l’âge de deux ou trois jours et disparaît spontanément avant la deuxième semaine. Lorsque la jaunisse apparaît dans les heures qui suivent la naissance et ne disparaît pas en une semaine, on a alors le plus souvent affaire à une jaunisse par incompatibilité de groupes sanguins. Chez un enfant plus grand, lorsque la jaunisse est d’origine infectieuse (hépatites virales), elle s’accompagne de fièvre, de fatigue, de vomissements et de diarrhée.

Quelles sont les complications de la jaunisse du nouveau-né ?

La jaunisse n'entraîne pas de complications en elle-même. Lorsqu'elle est provoquée par une autre maladie, ce sont les complications de celle-ci qui sont à craindre.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité