En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas de poux ?

Mis à jour : Mercredi 27 Avril 2011

Que faire en cas de poux chez un enfant ?

  • Appliquez le produit antipoux au plus près de la racine des cheveux et n’hésitez pas à masser le cuir chevelu pour une meilleure répartition du produit. Les gels, qui doivent rester en place plusieurs heures, peuvent être protégés par un bonnet de piscine ou une serviette de toilette. Il est préférable de traiter toute la famille. Une nouvelle application est conseillée la semaine suivante.
  • Pour enlever les lentes plus facilement, rincez les cheveux de l’enfant avec de l’eau vinaigrée (une cuillerée à soupe dans un grand bol) ou entourez sa tête d’une serviette humide et chaude pendant trente minutes. Coiffez votre enfant soigneusement avec un peigne spécial aux dents très serrées. Des lentes mortes y restent parfois accrochées.
  • Lavez les draps, les serviettes, les vêtements, les bonnets, etc. à 60° C si cela est possible. Sinon, enfermez-les hermétiquement dans un sac-poubelle, laissez-les reposer pendant une dizaine de jours, puis lavez-les à 40° C. Vous pouvez également les placer 48 heures au congélateur pour tuer poux et lentes.
  • Prévenez la collectivité fréquentée par votre enfant.

Que fait le médecin en cas de poux ?

Le médecin prescrit un traitement pour éliminer définitivement les poux et, éventuellement, pour calmer les démangeaisons et soigner les lésions de grattage. Les traitements contre les poux sont nombreux (shampooings, gels, aérosols, lotions) et ils ont chacun leurs recommandations d’utilisation et leur toxicité propres : lisez attentivement la notice avant de les appliquer. Ils sont plus efficaces lorsque l’infestation est relativement récente. Attention, la durée d’application varie parfois selon l’âge de l’enfant.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?