En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas de régurgitation chez un bébé ?

Mis à jour : Jeudi 28 Avril 2011

Que faire en cas de régurgitations du nourrisson ?

Ces régurgitations, fréquentes avant quatre mois, sont dues à une fermeture insuffisante de la valve qui sépare l’œsophage de l’estomac. Les régurgitations surviennent chez 95 % des nourrissons et les bavoirs sont… indispensables. Elles sont plus importantes chez les prématurés et les bébés nourris au biberon ; elles disparaissent généralement lorsque l’enfant peut se tenir assis ou debout.

Conduite à tenir en cas de régurgitations de bébé
  Si les régurgitations sont abondantes, se répètent à chaque tétée, surviennent plusieurs heures après les repas, ou sont teintées de sang.
  Si le nourrisson semble souffrir : il s'agite, se tortille, crie, pleure, etc.
  S'il présente une perte de poids, ou bien des rhinopharyngites ou des otites à répétition.
  Si, après la tétée, le nourrisson rejette du lait en petite quantité, sans fournir d'effort et sans que cela ne le fasse souffrir, adoptez les mesures préventives (respectez le mode d'emploi du lait artificiel, utilisez une tétine adaptée à l'âge de l'enfant, faites des pauses en donnant le biberon).
Légende
Consultez un médecin dans la journée.
Il est possible de s’automédiquer.

Il ne peut y avoir de traitement d’automédication en cas de régurgitations. Seul le médecin peut juger si un médicament est nécessaire.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?