Régurgitations du nourrisson

Mis à jour : Mardi 17 Juillet 2018

Très courantes chez le nourrisson, les régurgitations ne sont pas des vomissements, mais simplement des petits rejets de lait involontaires qui se produisent après la tétée. Elles sont inoffensives et indolores pour l’enfant.

Quels sont les symptômes des régurgitations du nourrisson ?

Dans l’heure qui suit la tétée, le nourrisson rejette par la bouche du lait plus ou moins caillé en quantité réduite (une cuillère à soupe ou un peu plus), parfois à l’occasion d’un rot. Contrairement aux vomissements, les régurgitations surviennent sans effort. Les régurgitations sont fréquentes : deux tiers des nourrissons de 4 à 5 mois, 5 % de ceux de 10 à 12 mois.

Les régurgitations n’ont aucune répercussion sur la santé de l’enfant. Elles disparaissent le plus souvent lorsque l’alimentation devient solide et que l’enfant commence à marcher, vers l’âge de douze à dix-huit mois. Toutefois, si les régurgitations deviennent importantes, se répètent fréquemment ou se produisent à distance du repas, il est possible que le bébé souffre d’un reflux gastro-œsophagien.

Qu'est-ce que l'œsophagite du nourrisson ?

Lorsqu'un nourrisson souffre de reflux gastro-œsophagien plus sévère que les régurgitations banales, son œsophage peut être irrité par le contenu acide de l'estomac : c'est l'œsophagite.

Ce type de complication est le plus souvent observé chez les nourrissons qui souffrent d'une anomalie anatomique (rétrécissement, hernie de l'estomac), ceux qui souffrent de problèmes pulmonaires chroniques (par exemple la mucoviscidose) ou ceux qui présentent des troubles du développement psychomoteur. L'œsophagite peut provoquer une érosion de l'émail des dents de lait (du fait de l'acidité du contenu de l'estomac) ou un torticolis par contraction musculaire du cou.


Que faire en cas de régurgitations du nourrisson ?

Ces régurgitations, fréquentes avant quatre mois, sont dues à une fermeture insuffisante de la valve qui sépare l’œsophage de l’estomac. Les régurgitations surviennent chez 95 % des nourrissons et les bavoirs sont… indispensables. Elles sont plus importantes chez les prématurés et les bébés nourris au biberon ; elles disparaissent généralement lorsque l’enfant peut se tenir assis ou debout.

Il ne peut y avoir de traitement d’automédication en cas de régurgitations. Seul le médecin peut juger si un médicament est nécessaire.

Conduite à tenir en cas de régurgitations de bébé
  Si votre bébé perd son tonus, peine à respirer ou devient bleu ou pâle au moment de la tétée.
  Si votre bébé de moins de 6 mois a tendance à vomir en jet après la tétée (risque de sténose hypertrophique du pylore, le muscle qui ferme la connection entre l'estomac et l'intestin grêle).
  Si les régurgitations sont abondantes, se répètent à chaque tétée, surviennent plusieurs heures après les repas, ou sont teintées de sang.
  Si le nourrisson semble souffrir, en particulier lors de la prise du biberon : il s'agite, se tortille, crie, pleure, etc.
  S'il présente une perte de poids, des troubles du sommeil, ou bien des rhinopharyngites ou des otites à répétition.
  Si, après la tétée, le nourrisson rejette du lait en petite quantité, sans fournir d'effort et sans que cela ne le fasse souffrir, adoptez les mesures préventives (respectez le mode d'emploi du lait artificiel, utilisez une tétine adaptée à l'âge de l'enfant, faites des pauses en donnant le biberon).
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
 Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Comment prévenir les régurgitations du nourrisson ?

  • Assurez-vous que vous respectez bien le mode d’emploi du lait artificiel, par exemple que vos mesurettes de poudre de lait sont rases et non bombées.
  • Veillez à utiliser une tétine adaptée à l’âge de l’enfant et à son comportement alimentaire. Ne la percez pas de trous supplémentaires.
  • Faites des pauses en donnant le biberon et laissez au bébé le temps de faire un rot intermédiaire au milieu de son repas.
  • Après le repas, faites-lui faire son rot et promenez-le. Mieux vaut ne pas le coucher tout de suite. Éventuellement, changez-le avant la tétée pour éviter de le manier tant qu’il a le ventre plein.
  • Ne serrez pas trop ses vêtements ou sa couche.
  • Ne le laissez pas en permanence dans un siège relax ou auto, ce qui compresserait son estomac.
  • Essayez de fractionner ses repas (plus souvent, en moins grande quantité à chaque repas).
  • Évitez d'exposer votre bébé à la fumée de tabac (tabagisme passif).
  • Si votre médecin vous le conseille, vous pouvez utiliser un lait anti-régurgitation (AR, ou Confort).

Les laits épaissis en cas de régurgitations

Les laits anti-régurgitation (AR, ou Confort) sont épaissis avec des protéines de lait, de la farine de caroube ou de l’amidon de maïs ou de riz. L’appellation « anti-régurgitation » est réservée aux laits de ce type vendus en pharmacie. Dans les grandes surfaces, ils sont désignés sous l’appellation Confort.

Il existe également un médicament sous forme de poudre orale destiné à prévenir les régurgitations des nourrissons. Il est à verser dans le biberon de lait reconstitué très chaud (50 à 60 °C). Après agitation, il permet l’obtention d’un gel.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 17 Septembre 2019

Antiacides d'action locale

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Sources et références de l'article "Régurgitations du nourrisson"