En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Rhinopharyngite de l’enfant

Mis à jour : Lundi 19 Juin 2017

La rhinopharyngite est l’infection ORL la plus fréquente chez les jeunes enfants. Passage obligé des premières années de vie, elle est habituellement plus gênante que grave, même si elle se répète fréquemment. Son traitement repose essentiellement sur le lavage de nez et sur les médicaments destinés à soulager la fièvre.

Qu’est-ce que la rhinopharyngite ?

rhinopharyngite enfant

La rhinopharyngite est une inflammation du nez et du pharynx (l’arrière des fosses nasales et le fond de la gorge), le plus souvent d’origine virale. Cette maladie est très fréquente chez les enfants de six mois à six ans et représente plus de 10 millions de consultations par an ! C’est un passage obligé pour cette tranche d’âge qui témoigne de l’adaptation de l’enfant à son environnement. Pendant les premiers mois de sa vie, l’enfant est protégé par les anticorps maternels. Au fur et à mesure que ceux-ci disparaissent de son organisme, l’enfant est confronté de plus en plus souvent à des virus contre lesquels il n’est pas immunisé. Ensuite, au fur et à mesure que ses défenses immunitaires se développent, l’enfant devient moins sensible aux infections de ce type.

Quels sont les symptômes de la rhinopharyngite ?

La rhinopharyngite de l’enfant est l’équivalent du rhume chez l’adulte. Le nez coule ou est bouché, l’enfant éternue, tousse et peut avoir mal à la gorge. Le liquide qui s’écoule est d’abord fluide et limpide. Il devient souvent plus épais au bout de quelques jours. D’autres symptômes peuvent apparaître : malaise, fièvre, maux d’oreilles (même en l’absence d’otite), baisse de l’appétit, fatigue, ganglions gonflés, yeux rouges, etc. La fièvre disparaît en général en moins de quarante-huit heures.

Les ganglions
Les ganglions sont de petits organes sphériques dispersés dans notre organisme. Les plus gros sont situés au niveau de la nuque, du cou, des aisselles et de l’aine. Ils sont essentiels pour l’immunité car ils filtrent les micro-organismes et stimulent la fabrication d’anticorps destinés à les neutraliser. Lors d’une infection, cette activité immunitaire intense provoque un gonflement des ganglions. Ainsi, un enfant sujet aux rhinopharyngites à répétition aura de façon quasiment permanente les ganglions du cou gonflés, car ceux-ci n’ont pas le temps de retrouver leur taille normale entre deux infections.

Quelles sont les complications éventuelles de la rhinopharyngite ?

La rhinopharyngite est une maladie gênante, mais généralement sans gravité et qui évolue rapidement. Parfois, les rhinopharyngites évoluent en otite, bronchite ou laryngite, plus rarement en sinusite. Dans certains cas, l’inflammation locale favorise une surinfection par des bactéries.

Les végétations
Les végétations adénoïdes sont de petits organes situés au fond du nez et dans la partie supérieure de la gorge. Elles sont de la même famille que les ganglions et, comme eux, elles jouent un rôle dans la défense immunitaire. Lorsqu’un enfant est atteint de rhinopharyngites à répétition, les végétations peuvent gonfler de manière durable. Ce gonflement provoque parfois des complications qui persistent malgré les traitements : otite, sinusite, bronchite ou nez bouché. Dans ce cas, il est parfois nécessaire d’enlever les végétations sous anesthésie générale, le plus souvent après l’âge de deux ans. Il n’est pas rare qu’une otite se développe dans les deux semaines qui suivent l’intervention, mais celle-ci est en général la dernière d’une longue série.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères