En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Rubéole

Mis à jour : Vendredi 06 Septembre 2013

La rubéole (ou « troisième maladie ») est une maladie infantile virale habituellement bénigne qui survient chez les enfants non vaccinés. Elle devient grave lorsqu’elle touche les femmes enceintes, surtout en début de grossesse. Ce risque justifie la vaccination systématique avec le vaccin ROR (rougeole oreillons rubéole).

Qu’est-ce que la rubéole ?

La rubéole (ou troisième maladie) est due à un virus qui se transmet dans les gouttelettes de salive. Les personnes atteintes sont contagieuses une semaine avant l’apparition des symptômes et jusqu’à quatre jours après. Il suffit d’avoir eu une fois la rubéole pour être immunisé définitivement.

Quels sont les symptômes de la rubéole ?

Deux semaines après la contamination, les symptômes qui apparaissent ressemblent à ceux de la rougeole : fièvre modérée pendant un ou deux jours, suivie d’une éruption de petites taches rosées, le plus souvent sur le thorax. Ces taches disparaissent très rapidement. Les ganglions au niveau du cou et derrière les oreilles sont parfois gonflés. Chez les adultes, les symptômes de la rubéole sont souvent plus intenses que chez les enfants.

Quelles sont les complications de la rubéole ?

Si la rubéole reste le plus souvent bénigne chez l’enfant, certaines complications peuvent néanmoins apparaître : une atteinte inflammatoire de plusieurs articulations qui disparaît sans séquelles au bout de quelques semaines (plus fréquente chez les adultes et en particulier les femmes), voire une atteinte inflammatoire des méninges (méningite) et du cerveau.

La contamination par la rubéole d’une femme enceinte est extrêmement dangereuse pour le fœtus, en particulier en début de grossesse. A la naissance, l’enfant peut présenter des lésions du cerveau, une surdité, une cécité, des anomalies cardiaques, un retard de croissance ou d’autres handicaps. On constate également un risque d’avortement ou de prématurité.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?