Les médicaments contre la toux de l’enfant

Mis à jour : Lundi 17 Février 2020

Avant tout, des mesures simples et non médicamenteuses doivent être entreprises en cas de toux : faire des lavages de nez au sérum physiologique si le nez est pris, proposer des boissons régulièrement, aérer la chambre et ne pas fumer au domicile.

L’utilisation des sirops contre la toux (sèche ou grasse) n’est pas recommandée chez le nourrisson. Chez les enfants, un avis médical est toujours préférable, même si presque tous ces médicaments sont en vente libre.

Les médicaments contre la toux sèche chez l'enfant

Les médicaments utilisés pour calmer la toux sèche sont des antitussifs qui diminuent ce réflexe en agissant sur le système nerveux. Il n'y a pas lieu d'utiliser les antitussifs chez le nourrisson et en aucun cas en automédication. Chez l'enfant, l'usage doit se limiter au cas où l’enfant a du mal à supporter la toux, et la durée du traitement ne doit pas dépasser trois à cinq jours. Une toux persistante justifie une consultation médicale.

Les antitussifs antihistaminiques

Les antitussifs antihistaminiques sont plutôt recommandés en cas de toux sèche survenant la nuit, en raison de leur effet sédatif. Ils ne doivent pas être utilisés chez l’enfant de moins de deux ans.

Au cours des dernières années, plusieurs signalements d'addictovigilance ont été rapportés concernant un usage détourné de plus en plus fréquent de la prométhazine (présente dans FLUISEDAL et RHINATHIOL PROMETAZINE) à des fins récréatives (dans la boisson purple drank). Afin de limiter le risque de détournement, ces sirops ne peuvent plus être obtenus sans ordonnance depuis le 23 janvier 2020 (pour en savoir plus : Trois médicaments à base de prométhazine désormais soumis à prescription médicale obligatoire, 01/2020).

Antitussif antihistaminique : priméthixène

Antitussif antihistaminique : prométhazine

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les antitussifs opiacés

Les antitussifs opiacés peuvent renfermer de la codéine, du dextrométorphane, de la pholcodine, de la noscapine ou de l’éthylmorphine. Ils ne doivent pas être utilisés chez l’enfant de moins de 30 mois et en cas d’insuffisance respiratoire ou d’asthme. En 2014, la codéine a fait l'objet d'une réévaluation en raison de la survenue de cas de dépression respiratoire lors de son utilisation chez l'enfant. Suite à cette réévaluation, l'Agence européenne du médicament a émis en mai 2015 de nouvelles recommandations : l'utilisation de la codéine dans le traitement de la toux est désormais contre-indiquée chez l’enfant de moins de 12 ans (pour en savoir plus : Utilisation de la codéine comme antitussif : nouvelles restrictions, 05/2015).

Les antitussifs opiacés peuvent parfois être mal tolérés (constipation, nausées ou sensation de vertiges, par exemple). Le dextrométorphane est à privilégier, car cette substance présente moins d’effets indésirables que les autres dérivés opiacés.

Depuis 2011, les antitussifs contenant de la pholcodine ne peuvent être obtenus qu’avec une ordonnance. Cette mesure fait suite à un lien possible entre la prise de pholcodine et la survenue d’accidents allergiques au cours de certaines anesthésies (pour en savoir plus : Pholcodine : passez par la case médecin, 05/2011).

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Janvier 2020

Antitussifs opiacés : codéine

Antitussifs opiacés : noscapine

Antitussifs opiacés : pholcodine

Légende
Médicament générique

Les autres antitussifs

Les antitussifs non opiacés, non antihistaminiques présentent généralement moins d’effets gênants.

Les sirops contre la toux homéopathiques ont une efficacité moins bien évaluée.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Janvier 2020

Antitussifs non antihistaminiques non opiacés

Autres antitussifs : hélicidine

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les médicaments contre la toux grasse chez l'enfant

En cas de toux grasse, les fluidifiants bronchiques contenant de l’acétylcystéine ou de la carbocystéine ou d’autres expectorants sont destinés à diminuer la viscosité des sécrétions et à faciliter leur remontée et leur élimination. Leur usage est rarement indispensable. De plus, l'usage des médicaments contenant de la carbocistéine ou de l'acétylcystéine est contre-indiqué chez les enfants de moins de deux ans. Dans tous les cas, demandez conseil à votre médecin.

Lors de toux grasse, les antitussifs utilisés pour traiter la toux sèche sont bien sûr déconseillés car ils entraîneraient une accumulation des sécrétions dans les bronches.

Des médicaments contenant substances qui fluidifient les glaires (terpine, sulfagaïacol…) ou des extraits de plantes (lierre, pin, etc.) sont également proposés dans le traitement des affections respiratoires accompagnées de sécrétions importantes. Leur efficacité n’est pas établie.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Une course contre la montre pour trouver des traitements (illustration).

Coronavirus : quelles pistes thérapeutiques ?

Une allergie à bien confirmer (illustration).

L’allergie à la pénicilline : plus de peur que de mal ?

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’il permettra la dispensation en ville du midazolam injectable

Accompagnement de la fin de vie au domicile : le midazolam injectable dispensé en ville d’ici juin 2020