En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les autres traitements de l'angor

Mis à jour : Vendredi 17 Mars 2017

Quels sont les autres traitements de l'angine de poitrine ?

Des règles d'hygiène et de diététique doivent également être suivies. Enfin, il est parfois nécessaire d'avoir recours à des techniques chirurgicales (angioplastie et pontage).

Les règles d'hygiène et de diététique

Les personnes qui souffrent d'angine de poitrine doivent veiller à respecter certaines régles de vie.

Cesser de fumer

L'arrêt du tabac est impératif lorsqu'on souffre d'angor. Cesser de fumer est plus facile lorsqu'on se fait accompagner dans cette démarche par son médecin traitant.

Manger équilibré et léger

L'angine de poitrine apparaît lorsque les vaisseaux sanguins du cœur sont obstrués par des plaques d'athérome. Lorsqu'on souffre de cette maladie, il est donc essentiel de diminuer son apport alimentaire en graisses saturées (graisses d'origine animale : beurre, fromages, viandes grasses, saindoux, charcuteries, etc.) et de consommer légumes, fruits et céréales complètes. Les conseils nutritionnels destinés à ceux qui souffrent d'excès de cholestérol s'appliquent.

Surveiller son poids

Les personnes qui souffrent d'angine de poitrine doivent veiller à leur tour de taille (moins de 88 cm chez les femmes et moins de 102 cm chez les hommes), ainsi qu'à leur indice de masse corporelle (IMC) : celui doit se situer entre 18,5 et 24,9 kg/m2. L'aide d'une diététicienne peut s'avérer utile.

Faire de l'exercice

Les personnes qui souffrent d'angor doivent continuer à être actif physiquement. Sous contrôle de leur médecin, elles doivent progressivement adopter un programme d'activité physique : 30 à 60 minutes d'activité modérée, au moins cinq jours par semaine. Les activités d'endurance (marche, natation, randonnée en plaine) sont préférables.

Angine de poitrine et sexualité
Les personnes qui souffrent d'angine de poitrine se posent souvent la question de savoir si les rapports sexuels (et l'effort physique qu'ils représentent) leur sont permis. Médicalement, on considère qu'un rapport sexuel équivaut à 30 minutes de marche sur terrain plat (phase d'excitation) suivi de la montée d'un escalier (pénétration). Il est important d'en tenir compte et de s'assurer auprès de son médecin que ce type d'effort est possible sans risque de développer une crise d'angor.

Se faire vacciner contre la grippe

Les personnes qui souffrent de problèmes cardiaques, comme l'angine de poitrine, doivent se faire vacciner contre la grippe chaque année. En effet, en cas de grippe sévère avec troubles respiratoires importants, leur cœur serait mis à rude épreuve, potentiellement au-delà de ses capacités.

Les traitements chirurgicaux

Si le rétrécissement des artères coronaires est important, une angioplastie peut être envisagée : il s’agit d’un traitement non chirurgical qui est souvent fait en même temps qu'une coronarographie. Une sonde très fine munie d’un ballonnet gonflable est insérée dans une artère (par exemple au niveau de l'aine) et déplacée jusqu’à la coronaire à traiter. Le ballonnet est gonflé au niveau du rétrécissement. Les plaques d'athérome sont écrasées et la pression du ballonnet redonne à l'artère un diamètre suffisant pour assurer une irrigation correcte. La sonde et le ballonnet sont ensuite retirés. On peut en plus placer dans l'artère un petit ressort (un "stent") qui va la maintenir dilatée en permanence.

Un traitement chirurgical est proposé dans le cas où les lésions sont trop importantes : c'est le pontage coronarien. La partie bouchée de l’artère coronaire est court-circuitée par la pose d'un fragment de vaisseau sanguin. Il peut s’agir d’un morceau de veine prélevée dans la cuisse ou de la déviation d’une artère de l'intérieur de la poitrine.

Cependant, l'angioplastie et le pontage coronarien ne permettent pas de prévenir la formation de plaques d'athérome. Si les facteurs de risque à l'origine des plaques ne sont pas éliminés, les artères réparées risquent de s'obstruer à nouveau.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?