La réadaptation vasculaire dans l'artérite

Mis à jour : Jeudi 26 Mars 2020

La réadaptation vasculaire contre l'artérite des jambes

La réadaptation vasculaire est une modalité de traitement de l’AOMI qui consiste à faire effectuer aux patients un programme d’exercices destinés à améliorer la circulation sanguine dans les jambes, mais également dans l’ensemble du corps. Elle est pratiquée chez les personnes qui souffrent de claudication intermittente ou après une chirurgie destinée à traiter une artérite des jambes.

Ces programmes d’exercices comportent :

  • des exercices globaux sur ergomètres (tapis de marche, vélo stationnaire, rameur, etc.) ;
  • un travail musculaire d'endurance ;
  • de la gymnastique globale et de la relaxation ;
  • des massages et des mouvements de kinésithérapie si la jambe est gonflée (œdème) ;
  • des exercices respiratoires si la personne souffre de BPCO (insuffisance respiratoire).

La réadaptation vasculaire est démarrée dans une structure spécialisée et poursuivie dans des centres de jour, en général trois fois par semaine pendant au moins trois mois. Elle est menée par une équipe pluridisciplinaire (médecins de réadaptation, cardiologues, nutritionnistes, tabacologues, diabétologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, etc.) sur la base d'un programme personnalisé selon les capacités cardiovasculaires de chaque patient.

La réadaptation vasculaire est efficace pour améliorer la marche (en moyenne, elle multiplie par 1,5 la distance que le patient peut parcourir sans douleurs musculaires) et pour réduire le risque cardiovasculaire global (en moyenne, une réduction de 24 % de ce risque).

Actualités

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple