Les symptômes et les complications de l'artérite des jambes

Mis à jour : Jeudi 26 Mars 2020

Au début de la maladie, l’artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI) ne provoque pas de symptômes. Ceux-ci apparaissent lorsque le diamètre de l’artère est suffisamment réduit pour gêner la circulation du sang. Lorsque des symptômes apparaissent, ils prennent des formes de sévérité croissante. Ils apparaissent d’abord lorsque la personne marche (ils sont dits « d’effort »), puis de manière permanente.

Quels sont les symptômes de l'artérite des jambes ?

Lors d’artérite, les muscles des jambes ne sont plus suffisamment irrigués et des crampes gênent la marche. Elles disparaissent au repos : on parle de claudication intermittente. Plus l’artérite est sévère, plus rapidement cette claudication apparaît et moins la personne est capable de marcher sur de longues distances. Lorsque la maladie s’aggrave, les douleurs musculaires persistent au repos. Parfois, l’un des pieds est en permanence plus froid que l’autre. Dans les cas les plus sévères, des plaies se forment sur la peau des jambes.

L'ischémie d'effort

L’ischémie est l’insuffisance d’apport sanguin et, en particulier, d’oxygène. Lorsqu’une personne marche ou court, les muscles de ses jambes ont besoin de davantage d’oxygène mais, si elle souffre d’artérite oblitérante, le débit autorisé par ses artères ne suffit pas. On parle alors d’ischémie d’effort.

Cette ischémie peut être trop légère pour provoquer des symptômes (« ischémie d’effort asymptomatique ») ou déclencher des crampes dans les muscles d’une ou des deux jambes (« ischémie d’effort symptomatique »). Ces crampes disparaissent au repos : on parle de « claudication intermittente ».

L'ischémie permanente

Lorsque l’artérite des jambes s’aggrave, les douleurs musculaires persistent même lorsque la personne est allongée. Son sommeil est perturbé par ces douleurs qui deviennent plus intenses si la personne surélève ses pieds. On parle alors d’ischémie permanente chronique. Parfois, la personne réalise qu’un de ses pieds est en permanence plus froid que l’autre et que les poils et les ongles poussent moins vite sur la jambe et le pied atteints.

Dans les cas les plus sévères, la peau souffre également de cette mauvaise irrigation sanguine : elle peut prendre une couleur pâle ou bleutée et des plaies apparaissent, qui ont du mal à cicatriser (ulcères ou nécrose de la peau). Une hospitalisation est parfois nécessaire.

Qu'est-ce l'ischémie permanente aiguë ?
Dans certains cas, l'artère atteinte de rétrécissement se bouche soudainement de manière quasi-complète : c'est l'ischémie aiguë. Cette forme d'artérite nécessite une hospitalisation en urgence et, parfois, un traitement chirurgical rapide.

Quelles sont les complications de l'artérite des jambes ?

L’évolution de l’artérite des jambes est fonction de la présence d’autres facteurs de risque cardiovasculaire et de leur sévérité. Avec un traitement adapté, l’artérite des membres inférieurs se stabilise ou s’améliore dans 70 à 80 % des cas. Dans les autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire pour rétablir une circulation sanguine suffisante dans la ou les jambes atteintes.

Dans les cas les plus sévères, les nécroses et les ulcères de la peau peuvent s’infecter (gangrène) et une amputation du pied ou de la jambe peut être nécessaire pour éviter une infection généralisée (septicémie).

Au-delà des complications directement liées à la mauvaise circulation sanguine dans les jambes, les artérites des membres inférieurs sont le signe de la mauvaise santé des artères en général, en particulier au niveau du cœur (artères coronaires), du cou (artères carotides), des organes digestifs ou des reins. Cette mauvaise santé des artères expose à un risque élevé de maladies cardiovasculaires : angine de poitrine (angor), infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral (AVC), par exemple.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?