Accident vasculaire cérébral (AVC)

Mis à jour : Jeudi 12 Décembre 2019

Qu’est-ce que l’accident vasculaire cérébral ?

L’accident vasculaire cérébral, ou AVC, se caractérise par une lésion d’une partie du cerveau à la suite de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau sanguin. L’interruption du flux sanguin, ou l’accumulation de sang lors de rupture, provoque la destruction par asphyxie des cellules nerveuses dans la région concernée. Les AVC sont la troisième cause de mortalité en France et la première cause de handicap. Chaque année, on compte 120000 nouveaux cas d'AVC en France. Cette maladie touche autant les hommes que les femmes et 75 % des personnes atteintes ont plus de 65 ans.

Les conséquences de l’AVC varient selon la zone du cerveau touchée et l’ampleur des lésions. Environ 85 % des AVC sont d’origine ischémique (infarctus cérébral) et 15 % d’origine hémorragique (hémorragie cérébrale).

Quels sont les symptômes des AVC ?

Les symptômes de l’AVC apparaissent soudainement. Ce sont :

  • l'apparition soudaine d'une difficulté à s’exprimer ou à comprendre les autres ;
  • une perte de force ou une paralysie d’un côté du visage, d’un bras ou d’une jambe ;
  • une perte soudaine de la vue, souvent dans un seul œil ;
  • une perte d'équilibre ou de la coordination des mouvements ;
  • un mal de tête soudain et violent, sans cause apparente.

L'AVC doit être très rapidement pris en charge médicalement pour éviter des lésions irréversibles et faciliter la récupération.

L'intensité des symptômes observés lors d'un AVC ne permet pas de prévoir l'intensité d'éventuelles séquelles. Un AVC ayant entraîné des symptômes sévères et variés peut ne laisser que peu de séquelles.

Qu'appelle-t-on accident ischémique transitoire ?

homme après avc

L'accident ischémique transitoire (AIT) est une forme légère d'AVC causée par l'interruption temporaire du débit sanguin dans une partie du cerveau. Dans le cas d'un AIT, les symptômes durent moins d'une heure et ne laissent pas de signe anormal sur les images du cerveau par IRM. L'AIT est un peu plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Le risque de survenue d'un AVC à la suite d'un AIT est élevé (jusqu'à 10 % des cas dans la semaine qui suit l'AIT). De ce fait, comme l'AVC, l'AIT est une urgence médicale.

Que faire en cas de symptômes évoquant un AVC ou un AIT ?

Lorsqu'une personne présente de façon soudaine des symptômes qui suggèrent un AIT ou un AVC, il faut immédiatement appeler le Samu (15, 112) qui orientera vers la structure adaptée. Il est recommandé de ne pas attendre son médecin, ni de se rendre aux urgences, ce qui risquerait d'entraîner une perte de temps au cas où l'administration d'un traitement visant à dissoudre le caillot serait possible.

Actualités

La question de la transmission verticale n'est pas tranchée (illustration).

Naître en pleine épidémie de COVID-19

La RT-PCR permet de synthétiser le brin complémentaire d’un ARN appelé ADNc, dont la plus grande stabilité permet plus de liberté que les ARN pour les analyses suivantes (illustration).

Détection du SARS-CoV-2 : diverses catégories de laboratoires en renfort des laboratoires d'analyse de...

La survenue d'une fièvre pendant la grossesse, un motif de consultation en urgence (illustration).

COVID-19 : gynécologues et obstétriciens s’adaptent