En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes et la prévention de l'AVC et de l'AIT

Mis à jour : Lundi 19 Juin 2017

Pourquoi développe-t-on un AVC ou un AIT ?

L’accident ischémique est le résultat du blocage du flux sanguin par un caillot ou un fragment de plaque d’athérome (un dépôt de cholestérol sur la paroi interne d'un vaisseau sanguin) formé localement ou provenant d’une autre partie du corps et emporté dans la circulation sanguine.

L’accident hémorragique est causé par un saignement dans le cerveau ou sous les méninges (enveloppes du cerveau) qui se produit après la rupture d’un vaisseau sanguin. Les hémorragies cérébrales peuvent être provoquées par une hypertension artérielle non contrôlée ou, dans certains cas, être liées à des anomalies de structure des vaisseaux sanguins appelées anévrismes. Ce sont des déformations d’une artère formant une petite poche dont les parois fragiles finissent par céder et provoquer une « rupture d’anévrisme ».

Lorsqu'une personne a développé un accident ischémique transitoire (AIT), elle risque de développer un AVC dans la semaine qui suit. Ce risque est plus élevé chez les personnes de plus de 60 ans, celles qui souffrent d'hypertension artérielle ou de diabète, ou lorsque les symptômes de l'AIT ont été une paralysie locale ou des troubles du langage ayant duré plus de dix minutes. Ce risque est également plus élevé chez les personnes qui développent des AIT dits crescendo (qui se répètent de façon rapprochée : plus de deux en 24 heures ou plus de trois en 72 heures).

Quels sont les facteurs favorisant la survenue d'un AVC ou d'un AIT ?

Certains facteurs favorisent, à un degré divers, la survenue d’AVC ou d'AIT.

  • L’âge. Le risque d’AVC ou d'AIT augmente avec l’âge.
  • L’hérédité. Le risque d’AVC ou d'AIT est plus élevé si un parent a eu un AVC avant l’âge de 65 ans.
  • Les antécédents d’AVC ou d’AIT. On estime que 30 % des personnes ayant eu un AVC ou un AIT connaîtront un autre AVC dans les cinq ans.
  • L’hypertension artérielle non contrôlée par les traitements.
  • Certaines maladies cardiaques, comme la fibrillation auriculaire, favorisent la formation de caillots.
  • Le tabac.
  • Le diabète non contrôlé par des traitements.
  • L’excès de cholestérol.
  • L’absence d'activité physique régulière.
  • La consommation élevée de boissons alcoolisées.
  • La prise de certains médicaments, par exemple la prise pendant plusieurs années de traitements hormonaux de la ménopause.

Peut-on prévenir les AVC et les AIT ?

La prévention des AVC et de leur rechute consiste à appliquer les règles qui visent à prévenir l’hypertension artérielle et l’excès de cholestérol dans le sang : alimentation équilibrée, maintien d’une activité physique régulière, arrêt du tabac et réduction de la consommation de boissons alcoolisées.

Les personnes souffrant d’hypertension artérielle, d’excès de cholestérol, de diabète ou de troubles cardiaques doivent veiller à prendre leurs traitements au rythme et à la dose prescrits par leur médecin.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité