En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les facteurs de risque de l'embolie pulmonaire

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Qui est à risque d'embolie pulmonaire ?

Les situations qui favorisent l’apparition de caillots dans les veines sont les facteurs de risque de l’embolie pulmonaire. L’identification précoce de ces facteurs peut permettre la mise en place d’un traitement préventif. Ces facteurs sont :

  • une immobilisation ou un alitement prolongé, suite à une maladie (en particulier, les accidents vasculaires cérébraux qui peuvent immobiliser pour plusieurs semaines voire plusieurs mois), un accident traumatique (fracture) ou, à un degré plus faible, les voyages de plus de six heures sans possibilité de se dégourdir les jambes ;
  • les interventions chirurgicales (où l’anesthésie générale immobilise le patient pendant plusieurs heures), en particulier les interventions au niveau du bassin (de type gynécologique ou obstétrique), celles orthopédiques (en particulier la pose d’une prothèse de hanche, ainsi que la chirurgie du genou par arthroscopie) ou celles destinées à retirer une tumeur cancéreuse ;
  • les troubles de la coagulation sanguine héréditaires (génétiques) où le sang a tendance à coaguler plus facilement (les « thrombophilies »). Ces maladies génétiques sont systématiquement recherchées lors d’embolie pulmonaire avant l’âge de 45 ans, lors de récidives fréquentes, ou chez les femmes qui ont connu plusieurs fausses couches spontanées.
  • les antécédents de phlébites ou, à un moindre degré, de varices ;
  • la prise d’un contraceptif oral (« pilule ») et ou d’un traitement hormonal de la ménopause.
  • certains troubles cardiaques (maladies des valvules, insuffisance coronarienne, troubles du rythme, etc.) ;
  • certains cancers (poumon, pancréas et estomac en particulier) ;
  • les chimiothérapies anticancéreuses et d’autres médicaments (dont, paradoxalement, les héparines qui sont utilisées pour prévenir et traiter les embolies pulmonaires) ;
  • à un moindre degré, le surpoids et l’obésité ;
  • l’accouchement, surtout chez les femmes qui souffrent de thrombose veineuse pendant la grossesse. Les embolies pulmonaires liées aux accouchements longs ou aux avortements clandestins, autrefois fréquentes, ont heureusement quasiment disparu en France.
  • dans certains cas rares, des anomalies des vaisseaux sanguins peuvent également favoriser le développement d’une embolie pulmonaire.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures