En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Endocardite infectieuse

Mis à jour : Jeudi 30 Mars 2017

Les endocardites sont des inflammations du revêtement interne du cœur. Elles peuvent être infectieuses ou non. Les endocardites infectieuses sont dues à des bactéries ou, plus rarement, des champignons microscopiques. Le plus souvent, ce sont les valves cardiaques qui sont touchées. Les endocardites peuvent avoir de graves conséquences, en particulier chez les personnes qui souffrent déjà de maladies cardiaques. Elles nécessitent une hospitalisation. Leur traitement repose sur l'administration d'antibiotiques pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Qu'est-ce qu'une endocardite infectieuse ?

Les endocardites infectieuses sont des maladies de la paroi interne des cavités du cœur qui touchent plus particulièrement les valves cardiaques (voir encadré). Les endocardites peuvent être d’apparition rapide (endocardite aiguës) ou d’apparition progressive (endocardites chroniques, anciennement appelées « maladie d’Osler »).

L’endocardite est due à la prolifération sur le revêtement interne du cœur (endocarde) de bactéries, parfois banales, ou de champignons (par exemple des levures). Cette prolifération peut provoquer la formation d’ulcères ou de perforations, ou l’apparition d’une petite excroissance qui « pend » (une « végétation »). Lorsqu’elles sont localisées sur les valves, ces lésions nuisent à leur étanchéité et le fonctionnement du cœur s’en trouve gêné, parfois sévèrement. Les endocardites peuvent se compliquer de troubles cardiaques ou vasculaires, ainsi que d’infection généralisée (choc septique voire septicémie).

Dans 90 % des cas, les endocardites affectent les valves du cœur gauche (mitrale et aortique).

Les valves cardiaques, qu'est-ce que c'est ?
Les valves cardiaques sont situées dans le cœur (la valve mitrale entre le ventricule et l’oreillette gauches, la valve tricuspide entre le ventricule et l’oreillette droits) ou à la base des artères qui partent du cœur (valve aortique à gauche et valve pulmonaire à droite). Ces valves agissent comme des clapets qui ne laissent passer le sang que dans un sens. Leur étanchéité est indispensable au bon fonctionnement du cœur en tant que pompe.
Les valves sont des membranes recouvertes d’une fine couche de cellules, l’endothélium. L’endothélium est responsable de leur défense en cas de présence de bactéries dans le sang. Lorsque cet endothélium est lésé, les valves sont vulnérables aux infections.

valves du cœur

Les valves du cœur

Les endocardites infectieuses sont-elles fréquentes ?

En France, chaque année, environ deux mille cas d’endocardite infectieuse sont diagnostiqués. Dans 60 % des cas, cette infection apparaît chez une personne qui a déjà des antécédents cardiaques (par exemple, chez qui on a posé une prothèse de valve). Néanmoins, 40 % des endocardites apparaissent sur un cœur sain.

Les endocardites chez les enfants
Les enfants peuvent parfois développer une endocardite. Chez un tiers d'entre eux, cette endocardite apparaît à la suite de soins dentaires. Elle doit être traitée rapidement pour ne pas laisser de séquelles permanentes au niveau de la valve atteinte, ce qui pourrait, sur le long terme, entraîner d'autres problèmes cardiaques.

Qui est à risque de développer une endocardite infectieuse ?

Certaines personnes sont plus à risque de développer une endocardite infectieuse :

  • les personnes âgées de plus de 60 ans, car l’endothélium qui protège les valves s’abime avec l’âge ;
  • les personnes qui ont des antécédents cardiaques comme une chirurgie des valves (prothèse valvulaire cardiaque), un épisode précédent d’endocardite, certaines maladies congénitales du cœur, par exemple ;
  • les hommes (avec un risque deux fois supérieur à celui des femmes) ;
  • les personnes dont le système immunitaire est affaibli par une maladie (VIH/sida, cancers, maladies du sang, etc.) ou un traitement immunosuppresseur (contre le cancer, le rejet de greffe ou les maladies auto-immunes, par exemple) ;
  • les personnes diabétiques ;
  • les personnes qui souffrent d’alcoolisme chronique ou qui s’injectent des drogues (toxicomanie par voie intraveineuse).

Les personnes qui souffrent de maladies auto-immunes (par exemple le lupus) peuvent également développer des endocardites non-infectieuses (leur système immunitaire attaque l’endothélium des valves).

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures