En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Diagnostic et traitement des endocardites

Mis à jour : Jeudi 30 Mars 2017

Comment diagnostique-t-on une endocardite infectieuse ?

analyse de sang

Le diagnostic de l’endocardite infectieuse repose à la fois sur les symptômes, sur l’examen cardiaque (à la recherche d’un souffle) et sur des examens complémentaires spécifiques.

Ces examens complémentaires sont de deux types :

  • des cultures de sang (« hémocultures ») pour essayer d’identifier les micro-organismes responsables ;
  • des examens échographiques pour visualiser les lésions et les végétations provoquées par la multiplication des bactéries.

Les hémocultures sont pratiquées à partir de trois prises de sang faites à différents moments de la journée qui suit l’arrivée du patient à l’hôpital. Dans 85 % des cas, ces cultures permettent d’identifier le germe responsable.

Les examens échographiques se font soit en posant une sonde sur la poitrine du patient, soit en insérant une sonde très fine dans son œsophage (échographie trans-œsophagienne). Ces examens sont sans douleur. Grâce à cet examen, le médecin peut constater la présence de végétations sur la paroi des valves.

Le médecin essaie également d’identifier la porte d’entrée des bactéries, c’est-à-dire l’origine des bactéries responsables de l’endocardite (infections d’autres organes, plaies, soins dentaires ou chirurgicaux, etc.). Seulement deux tiers des cas d’endocardites peuvent être rattachés à une cause identifiée de manière certaine.

Quels traitements contre l'endocardite infectieuse ?

Le traitement des endocardites infectieuses repose sur l’administration de deux antibiotiques complémentaires, généralement à dose élevée, par voie intraveineuse. Une hospitalisation est toujours nécessaire.

Le but de ce traitement antibiotique est de bloquer la multiplication et la dissémination des bactéries responsables de l’endocardite, de supprimer l’infection et de prévenir la destruction des valves cardiaques.

En attendant le résultat des hémocultures, le choix des antibiotiques est d’abord fait selon des protocoles préétablis en fonction de la porte d’entrée de la bactérie, de la présence ou non d’une prothèse valvulaire, d’une éventuelle allergie à un antibiotique. Ensuite, si nécessaire, ce traitement est modifié pour être adapté au germe identifié par l’hémoculture. Ce traitement antibiotique doit être poursuivi pour une durée d’au moins six semaines.

Dans certains cas, la valve atteinte a été gravement endommagée par l’infection et une intervention chirurgicale est nécessaire soit pour la nettoyer et la reconstruire, soit pour poser une prothèse de valve.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité