En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas d’hémorroïdes ?

Mis à jour : Lundi 19 Juin 2017

Que faire en cas d’hémorroïdes ?

  • Les personnes sujettes aux crises d’hémorroïdes ont tendance à réprimer, par peur de la douleur, le besoin d’aller à la selle. La constipation entraînée par un tel comportement aggrave les hémorroïdes, ce qui engendre un cercle vicieux. Veillez donc à ce que les selles soient régulières et molles.
  • Evitez si possible les séances prolongées aux toilettes, et surtout les efforts de poussée. Mieux vaut y retourner plus tard que s’obstiner.
  • Utilisez un papier de toilette neutre, sans colorants ni parfum. Ceux-ci peuvent contenir des substances irritantes. En cas d’hémorroïdes externes difficiles à nettoyer, mouillez le papier ou utilisez une lingette humide pour minimiser l’irritation, et séchez doucement.
Conduite à tenir en cas d'hémorroïdes
  alt Si des saignements se produisent lorsque l'on va à la selle.
  alt Si des démangeaisons anales chroniques se manifestent.
  alt Si les douleurs deviennent insupportables.
  alt Si la douleur persiste au-delà de 48 heures d'automédication.
  alt Si la nature hémorroïdaire de la douleur a déjà été diagnostiquée et a fait l'objet d'une prescription.
Légende
altConsultez un médecin dans les jours qui viennent.
altIl est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas d’hémorroïdes ?

Il examine le patient pour voir si les saignements sont dus à des hémorroïdes et non pas à une autre maladie. Il procède si nécessaire à un toucher rectal, à une analyse des selles ou à une anuscopie (visualisation des hémorroïdes internes grâce à un appareil non traumatisant passé par l’anus). Il questionne aussi le patient sur ses habitudes de vie et lui propose de prendre des mesures susceptibles d’éviter les récidives.

Pour le traitement, il dispose de divers moyens : des médicaments, dont certains s’obtiennent sans ordonnance, une ligature ou une sclérose des vaisseaux distendus. Dans certains cas, une opération chirurgicale se révèle nécessaire. Le traitement dépend du degré de gravité et de la taille des hémorroïdes.

Actualités

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente