En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment soulager des hémorroïdes ?

Mis à jour : Lundi 19 Juin 2017

Les traitements médicamenteux des hémorroïdes

Des traitements médicamenteux peuvent être proposés pour soulager la douleur associée aux crises d'hémorroïdes : antalgiques (paracétamol, AINS), traitements locaux. Ils ne sont justifiés que pour une courte durée (une à deux semaines).

Les traitements locaux (crèmes, pommades, suppositoires) ne sont pas remboursés par l'Assurance maladie. Les préparations contenant des corticoïdes, efficaces en cure courte pour atténuer les douleurs et les saignements, doivent obligatoirement être prescrites par un médecin. Les autres traitements locaux peuvent être obtenus sans ordonnance. Ils sont de composition variable : anesthésiques locaux, énoxolone, dioxyde de titane, carraghénates, etc. Certains pourraient avoir un effet mécanique protecteur. Les préparations contenant un anesthésique local exposent à un risque d'allergie.

Les médicaments à avaler dits veinotoniques sont également indiqués dans le traitement des crises d’hémorroïdes. Ils doivent être pris à doses élevées, en traitement de courte durée. Ils contiennent diverses substances ou extraits de plantes : diosmine, troxérutine, ginkgo, petit houx, hamamélis, marron d’Inde, mélilot, vigne rouge. En l’absence d’essai clinique fiable, ces médicaments ont été déremboursés.

Des traitements homéopathiques par voie orale ou en traitement local (suppositoire ou pommade) peuvent être proposés.

Parfois, le médecin peut décider de prescrire un laxatif de lest (riche en fibres) pour lutter contre la constipation.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Mai 2017

Traitements antihémorroïdaires locaux : avec anesthésique et avec corticoïde

Traitements antihémorroïdaires locaux : sans anesthésique et sans corticoïde

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les traitements non médicamenteux des hémorroïdes

Lorsque les hémorroïdes internes sont responsables de signes chroniques tels que des saignements, le médecin peut proposer un traitement par ligature, par sclérose (injection d’un produit chimique irritant), par électrocoagulation (brûlure électrique) ou par photocoagulation (brûlure par infrarouge) pendant la consultation. Il crée une zone cicatricielle au sommet de l’hémorroïde distendue de façon à la renforcer. Plusieurs séances sont parfois nécessaires. Ces traitements sont habituellement bien supportés. Des douleurs et des saignements peuvent être observés. Lorsque les hémorroïdes externes sont responsables d’une thrombose particulièrement douloureuse, un traitement chirurgical peut être proposé.

bonjour docteur

L’opération des hémorroïdes : nécessaire dans 10 % des cas

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères