En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le dépistage de l’HTA

Mis à jour : Vendredi 10 Novembre 2017

Comment dépiste-t-on l’hypertension artérielle ?

Le dépistage de l'hypertension repose sur la mesure de la pression artérielle. Elle se mesure à l’aide d’un tensiomètre : un brassard gonflable relié à un cadran (ou à une colonne de verre contenant du mercure) qui indique la tension. Celle-ci augmente notamment au cours d'un effort physique. C’est pourquoi la tension doit idéalement être mesurée sur un patient allongé depuis au moins 15 minutes. L’hypertension est confirmée si la pression artérielle dépasse 14 pour la pression systolique ou 9 pour la pression diastolique sur plusieurs mesures. En effet, pour être certain qu'il ne s'agit pas d'une élévation temporaire due au stress par exemple, deux mesures par consultation au cours de trois consultations successives, sur une période de trois à six mois, sont nécessaires pour confirmer un diagnostic d’HTA. Parce que l'hypertension est souvent silencieuse, cet examen est fait régulièrement lors des visites chez le médecin. Lorsqu’une élévation modérée est observée chez un patient par ailleurs en bonne santé, il est recommandé de mesurer la pression artérielle hors du cabinet médical (chez soi ou chez son pharmacien, par exemple) : certaines personnes sont sensibles à l’effet « blouse blanche ».

En cas d’hypertension artérielle, le médecin recherche aussi d’autres facteurs de risque de maladie cardiaque comme, par exemple, des antécédents familiaux, un diabète, l'obésité, le tabagisme ou un taux de cholestérol élevé.

Comment surveiller soi-même sa tension artérielle ?

Il est recommandé de faire contrôler sa tension par son médecin 3 à 4 fois par an. Dans l’intervalle, le médecin peut proposer de surveiller sa tension artérielle à domicile avec un appareil d’automesure, un autotensiomètre (ou tensiomètre automatique). En 2015, on estimait que 44 % des personnes traitées pour l’hypertension étaient équipées d’un appareil d’automesure.

    Pour l’automesure, la Haute autorité de santé (HAS) et le comité de lutte conte l’hypertension artérielle préconisent de faire :
  • 3 mesures espacées de 1 ou 2 minutes, le matin avant le petit déjeuner ;
  • 3 mesures le soir au coucher ;
  • pendant 3 jours de suite.

Notez les valeurs observées sur un relevé d’automesure et apportez-les en consultation. Habituellement, les valeurs obtenues chez soi sont inférieures à celles relevées chez le médecin ou à la pharmacie.

Comment choisir son tensiomètre ?
Les tensiomètres répondent à la définition de dispositif médical. Ils appartiennent à la classe IIA. L’agence du médicament publie sur son site une liste des autotensiomètres disponibles. Les autotensiomètres ne fonctionnent pas exactement sur le même principe que les appareils utilisés par les médecins. Il existe deux types : les modèles au poignet et ceux au bras. Les modèles à placer au poignet sont peu encombrants. Il faut faire attention à bien positionner le poignet par rapport au cœur. Ils conviennent bien aux personnes obèses. Les modèles au bras sont souvent plus faciles à positionner mais il est nécessaire de choisir un brassard adapté à votre morphologie. Si vous utilisez le tensiomètre uniquement chez vous, il est recommandé de privilégier un tensiomètre au bras. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Actualités

Le toucher des personnes atteintes d'une maladie d'Alzheimer, avec leur consentement et après avoir été prévenues, pourrait diminuer leur anxiété, les apaiser (illustration).

Communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer : 10 conseils à suivre, 5 erreurs à éviter

L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent

Santé en France : l’OCDE dresse un état des lieux contrasté

La plupart des souches vaccinales contre la grippe sont cultivés dans des oeufs (illustration).

Grippe : la faible efficacité du vaccin liée aux mutations survenant pendant la culture dans des oeufs