Les traitements de l'insuffisance cardiaque chronique

Mis à jour : Lundi 23 Décembre 2019

Les médicaments sont utilisés dans l’insuffisance cardiaque pour réduire les symptômes, améliorer la qualité de vie et éviter les complications. Ils sont pris à vie. Il est particulièrement important de bien suivre la prescription de votre médecin.

Les familles de médicaments destinés à soigner l'insuffisance cardiaque

Les médicaments prescrits dans le traitement de l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) sont de plusieurs types :

  • ceux qui inhibent la formation ou l’action de l’angiotensine II, une substance qui participe au contrôle du volume et de la pression du sang (inhibiteurs de l’enzyme de conversion, antagonistes des récepteurs à l’angiotensine II) ;
  • ceux qui renforcent et soutiennent le travail du cœur (bêtabloquants, digoxine, ivabradine, dérivés nitrés) ;
  • ceux qui préviennent la rétention d’eau (diurétiques « classiques », antagonistes de l’aldostérone).

En général, le traitement de l’ICC nécessite la prescription associée d’un médicament de chacune de ces familles, le plus souvent un bêtabloquant, un diurétique et un inhibiteur de l’enzyme de conversion.

Parfois, il est nécessaire de prescrire également des traitements anticoagulants (en cas d’infarctus, de fibrillation auriculaire), ou des médicaments destinés à traiter l’angine de poitrine (angor).

Éviter l’automédication !
Il est fortement déconseillé de recourir à l’automédication si vous avez une insuffisance cardiaque. En effet, de nombreux médicaments sont susceptibles d’aggraver votre insuffisance cardiaque ou d’interagir avec les médicaments prescrits pour la traiter. Il peut s’agir dans certains cas de médicaments disponibles sans ordonnance, tels que les anti-inflammatoires (AINS, tels que l’ibuprofène) ou certains laxatifs. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien quand vous prenez d’autres médicaments même quand il s’agit de soigner des petits maux.

Les médicaments qui inhibent la formation ou l’action de l’angiotensine II

Le contrôle du volume et de la pression du sang est un élément essentiel de la stratégie thérapeutique contre l’insuffisance cardiaque chronique (ICC). Pour cela, outre les médicaments destinés à prévenir la rétention d’eau le cas échéant, le médecin peut prescrire des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC, comme le captopril, l’énalapril, le fosinopril, le lisinopril, le périndopril, le quinapril ou le ramipril). Ces médicaments améliorent la survie, les symptômes et réduisent les hospitalisations, en particulier lors d’ICC gauche. Le traitement est initié à faible dose, le soir, et augmenté progressivement afin de limiter le risque d’hypotension. Les IEC sont fréquemment responsables d’une toux sèche. Leur association avec les AINS (ibuprofène, kétoprofène, etc.) et les antidiarrhéiques contenant du racécadotril est à éviter.

Les antagonistes des récepteurs à l’angiotensine II (ARA II ou sartans, comme le candésartan, le losartan ou le valsartan) sont une autre famille de substances destinées à contrôler le volume et la pression du sang. Ils sont prescrits en cas d’intolérance aux IEC ou en association avec les IEC lorsque les symptômes persistent. Un médicament (ENTRESTO) associe le valsartan avec une autre substance, le sacubitril, qui agit également sur le tonus des vaisseaux sanguins, l’équilibre de la fonction cardiaque et l’élimination du sodium par les reins. Selon la Haute autorité de santé, ce médicament est plutôt réservé aux personnes dont les symptômes n’ont pas été suffisamment améliorés malgré un traitement contenant un IEC ou un sartan. Il ne doit jamais être associé avec un inhibiteur de l’enzyme de conversion.

En cas d’utilisation pendant la grossesse, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II peuvent entraîner des effets indésirables graves pour l’enfant à naître. En cas de projet de grossesse, il est nécessaire de consulter son médecin pour envisager une modification du traitement. Tous ces médicaments comportent désormais sur leur boîte le pictogramme « cercle rouge barré avec une silhouette de femme enceinte » signifiant que leur utilisation est interdite pendant la grossesse.

Voir Actualités : IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Inhibiteur de l’angiotensine II + sacubitril

Légende
Médicament générique

Les médicaments qui visent à renforcer le travail du cœur

Parmi ces médicaments, les bêtabloquants (bisoprolol, carvédilol, métoprolol, nébivolol) sont les plus souvent prescrits. Ils améliorent la survie, soulagent les symptômes et réduisent les hospitalisations pour insuffisance cardiaque aiguë. Ils sont prescrits à une dose progressivement croissante jusqu’au dosage efficace.

En 2016, une vaste étude a été publiée sur l’usage des bêtabloquants en cas d’insuffisance cardiaque. Elle a clairement confirmé l’intérêt de ces médicaments, quel que soit l'âge ou le sexe des patients atteints d’insuffisance cardiaque.

Légende
Médicament générique

La digoxine appartient à la famille des digitaliques. Elle ralentit, renforce et régularise l’activité du cœur. Elle peut être prescrite en association avec les bêtabloquants. La survenue de troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhée, perte de l'appétit) peut être le signe d'un surdosage.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Digitaliques

L’ivabradine régule également la fréquence cardiaque, mais son usage est réservé à certains cas particuliers. La prescription initiale doit être faite par un spécialiste en cardiologie (voir Actualités) ; en effet, des examens cardiaques (comprenant des mesures régulières de la fréquence cardiaque et un électrocardiogramme) sont nécessaires avant la mise en route du traitement ou en cas d'augmentation des doses. Le rythme cardiaque est susceptible de ralentir sous l'effet du médicament : en cas de fatigue anormale, d'essoufflement et de pouls inférieur à 50 battements par minute, consultez votre médecin.

Légende
Médicament générique

Les dérivés nitrés (isosorbide dinitrate) dilatent les artères et réduisent la demande en oxygène du muscle cardiaque. En raison d'un risque d'hypotension, la tension artérielle doit être contrôlée régulièrement. Les autres principaux effets indésirables sont des maux de tête et des bouffées de chaleur.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Dérivés nitrés

Les médicaments qui préviennent la rétention d'eau

Les diurétiques sont un élément important du traitement de l’insuffisance cardiaque chronique chez les patients qui présentent une tendance à l’accumulation d’eau dans les tissus. Ils évitent cette rétention d’eau et les œdèmes. Ils améliorent rapidement l’essoufflement, la tolérance à l’effort et la qualité de vie.
Les diurétiques « classiques » peuvent favoriser l'élimination du potassium, un sel minéral indispensable au bon fonctionnement du cœur. Le médecin prescrit souvent un dosage régulier du taux de potassium dans le sang. Il est parfois nécessaire de prescrire une supplémentation en potassium.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Diurétiques classiques : bumétanide

Diurétiques classiques : hydrochlorothiazide

Légende
Médicament générique

Certains diurétiques (les antagonistes de l’aldostérone, comme le canrénoate de potassium, l’éplérénone ou la spironolactone avec ou sans altizide) préservent les concentrations de potassium dans le sang. Ils sont parfois prescrits en association avec les diurétiques « classiques » (amiloride, bumétanide, furosémide, hydrochlorothiazide).

Légende
Médicament générique
L’insuffisance cardiaque fait partie des affections longue durée
L’insuffisance cardiaque est inscrite sur la liste des affections de longue durée (ALD), ce qui signifie que si vous souffrez d’insuffisance cardiaque, les examens et les traitements en rapport avec la maladie seront pris en charge à 100 % s’ils sont remboursables, quel que soit leur taux de remboursement.

Les autres traitements de l'insuffisance cardiaque chronique

Dans certains cas, des traitements chirurgicaux sont indispensables pour soulager une insuffisance cardiaque chronique (ICC).

Par exemple, lorsque l’ICC est liée à une malformation congénitale ou un défaut de fermeture d’une valvule cardiaque, il est nécessaire de corriger ces causes chirurgicalement (par exemple, en posant une valvule artificielle).

Lorsque l’ICC est liée à une obstruction des artères coronaires (qui irriguent le muscle cardiaque), la chirurgie vise à rétablir le débit dans ces artères par la pose de stents (des ressorts qui maintiennent l’artère dilatée) ou la greffe de fragments d’artère saine (le « pontage »).

La pose d’un stimulateur cardiaque (« pacemaker ») est parfois nécessaire pour resynchroniser les contractions cardiaques (par exemple lors de troubles du rythme résistant au traitement médicamenteux). Ce stimulateur cardiaque peut aussi assurer une fonction de défibrillateur implantable chez les patients qui souffrent de fibrillation auriculaire (une oreillette se contracte anarchiquement) ou de tachycardie ventriculaire (un ventricule accélère ses contractions de façon incontrôlée).

Enfin, dans les cas les plus graves, la transplantation cardiaque est nécessaire. Cette greffe est réservée aux patients âgés de moins de 65 ans.

Actualités

Diabète de type 2 et COVID-19 : l'équilibre glycémique est la base de la prise en charge (illustration).

Diabète et infections, une influence réciproque

Les microthromboses s'associent à l'endothélite (illustration).

L’endothélite : clé de l’atteinte multiviscérale du SARS-CoV-2 ?

L'actualité COVID-19 depuis le 14 mai 2020 en un seul coup d'œil (illustration).

Les dernières actualités VIDAL sur l'épidémie COVID-19