En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment soigne-t-on l'insuffisance cardiaque ?

Mis à jour : Vendredi 10 Novembre 2017

Comment soigne-t-on l'insuffisance cardiaque chronique ?

La prise en charge de l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) vise à réduire ses symptômes et améliorer ainsi la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Elle a également pour objectif de prévenir les épisodes d’insuffisance cardiaque aiguë et les autres complications de l’ICC. Pour une efficacité plus importante et plus durable, ces traitements doivent être mis en place le plus rapidement possible et être scrupuleusement suivis par les patients.

Dans tous les cas, l’ICC étant une complication, son traitement commence par la prise en charge de la maladie qui en est la cause.

Parce que l’insuffisance cardiaque chronique ne peut jamais être guérie définitivement, ces traitements sont pris pour le reste de la vie.

Les conseils d'hygiène de vie dans le traitement de l'insuffisance cardiaque chronique

Quelle que soit la cause de l’ICC, sa prise en charge repose sur des mesures d’hygiène de vie destinées à soulager le travail du cœur et à prévenir certaines complications :

  • arrêt du tabac ;
  • lutte contre le surpoids et l’obésité ;
  • réduction de la consommation de sel (moins de 4 à 6 g par jour), d’aliments gras, de viandes rouges et de boissons alcoolisées ;
  • réduction de la qualité de liquides bus chaque jour (pour éviter la rétention d’eau), en général autour de 1 à 2 litres, chez les patients qui souffrent d’une ICC sévère seulement ;
  • contrôle du stress ;
  • activité physique adaptée régulière (natation, marche, vélo d’appartement, sous contrôle médical).

De plus, la vaccination contre la grippe (tous les ans) et les pneumocoques (tous les 5 ans) est recommandée pour éviter ces maladies respiratoires virales.

Qu'est-ce que l'éducation thérapeutique des patients (ETP) ?

Les personnes qui souffrent d’ICC se voient fréquemment proposer de participer à des ateliers d’éducation thérapeutique dans le cadre de l’hôpital. Ces ateliers sont destinés à les aider à prendre soin d’eux-mêmes : mesures d’hygiène de vie, adaptation du lieu de vie ou du poste de travail, compréhension et bonne prise du traitement médicamenteux, mais aussi mesures d’autosurveillance (pour dépister une aggravation le plus tôt possible).

Parmi ces mesures d’autosurveillance de l'insuffisance cardiaque :

  • se peser au moins deux fois par semaine (pour surveiller une éventuelle rétention d’eau, toute prise de poids soudaine de plus de 1,5 kg devant amener à consulter) ;
  • identifier rapidement des signes d’œdème (gonflement) des jambes ;
  • repérer une aggravation de la fatigue ou de l’essoufflement ;
  • repérer d’autres signes d’une éventuelle aggravation comme les palpitations, les crampes musculaires, les vomissements, la diarrhée, etc.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité