Le traitement des jambes lourdes

Mis à jour : Vendredi 26 Février 2016

Comment soigner l’insuffisance veineuse ?

Contre l’insuffisance veineuse – et une fois que toute autre cause a été éliminée –, le traitement de référence reste le port de bas ou chaussette de contention élastiques (également dit « de compression élastique ») adaptés. Ils compriment les jambes et aident le retour du sang veineux. Ils permettent de diminuer le gonflement des chevilles, de soulager la sensation de lourdeur des jambes et de prévenir la formation de varices. Il en existe de très nombreux modèles. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour choisir la contention adaptée à votre cas.

Les médicaments contenant des substances dites vasculoprotecrices et veinotoniques (diosmine, troxérutine, flavonoïdes, etc) ou certains extraits de plantes (hamamélis, mélilot, marron d’Inde, vigne rouge, etc.) visent à soulager les symptômes (jambes lourdes, impatiences) causés par une mauvaise circulation veineuse, mais ils n’ont pas d’action sur l’évolution de la maladie. Ils ne sont pas remboursés par l'Assurance maladie.

Les traitements oraux peuvent être complétés par un massage des jambes avec un gel ou une crème contenant des substances vasculoprotectrices ou anti-inflammatoires.

Les médicaments à base de plantes destinés à favoriser l'élimination rénale de l'eau (médicaments dits à visée aquarétique) peuvent être proposés. Leur intérêt n’est pas démontré.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Janvier 2020

Traitements locaux vasculoprotecteurs

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Des compléments alimentaires sont également disponibles pour soulager les jambes lourdes. Comme les médicaments destinés au même usage, ils contiennent des extraits de plantes. Ces plantes sont choisies pour leur richesse en flavonoïdes. Il s'agit surtout du marron d'Inde, du petit-houx ou de la vigne rouge. Des gels, huiles et crèmes de massage rafraîchissantes peuvent être appliqués en remontant des chevilles jusqu’au genoux, notamment en période de fortes chaleur.

 

Actualités

Une allergie à bien confirmer (illustration).

L’allergie à la pénicilline : plus de peur que de mal ?

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’il permettra la dispensation en ville du midazolam injectable

Accompagnement de la fin de vie au domicile : le midazolam injectable dispensé en ville d’ici juin 2020

Cancer bronchique : du dépistage aux signes cliniques d'alerte (illustration).

Cancer du poumon : premiers symptômes et dépistage par scanner à faible dose