Lymphœdème

Mis à jour : Lundi 09 Décembre 2019
Image sponsoring article

Un lymphœdème est une augmentation durable du volume d’un bras ou d’une jambe liée à une accumulation de lymphe. Le plus souvent, le lymphœdème est la conséquence d’une intervention chirurgicale ou d’un traitement contre le cancer, en particulier le cancer du sein. Les lymphœdèmes peuvent se compliquer d’infections, d’une perte de mobilité du membre atteint, voire d’une diminution globale de la qualité de vie.

Le traitement des lymphœdèmes repose sur un ensemble de mesures : réduction du volume du membre atteint par compression, exercices physiques, drainage lymphatique manuel et conseils pour prévenir les infections de la peau. Ce traitement ne guérit pas le lymphœdème mais permet la réduction des symptômes et le maintien de la qualité de vie.

Qu’est-ce que la lymphe et à quoi sert le système lymphatique ?

Le sang n’est pas le seul liquide qui irrigue notre corps. La lymphe est un liquide légèrement jaunâtre qui circule dans des vaisseaux particuliers dits « vaisseaux lymphatiques ». Elle nait au niveau des tissus à partir des du plasma et des globules blancs qui filtrent des capillaires (les plus petits vaisseaux sanguins). La lymphe est progressivement collectée dans des capillaires lymphatiques, puis des vaisseaux lymphatiques de plus en plus larges qui la rejettent dans la circulation sanguine au niveau des veines situées sous les clavicules.

Chaque jour, environ trois litres de lymphe retournent ainsi dans la circulation sanguine. En chemin, la lymphe est filtrée dans les ganglions lymphatiques que l’on trouve dans diverses régions du corps (les ganglions qui gonflent et deviennent douloureux lors d’une infection).

Contrairement au sang qui circule grâce aux contractions du cœur, la circulation de la lymphe est activée par le mouvement de l’ensemble des muscles du corps, y compris par ceux de la respiration. Elle se déplace beaucoup plus lentement que le sang.

système lymphatique
Système lymphatique

À quoi sert la lymphe ?

La lymphe est un liquide proche du plasma, le liquide dans lequel baignent les cellules du sang. Elle contient des globules blancs, et notamment des lymphocytes, essentiels pour les défenses immunitaires. Elle contient également des déchets, notamment des protéines de grosse taille pour lesquelles le système lymphatique est la seule voie d’élimination. Ainsi, la lymphe est importante à la fois pour l’immunité et pour l’élimination des déchets cellulaires.

Dans les ganglions lymphatiques situés sur son parcours, la lymphe est filtrée. Quand un microbe contenu dans la lymphe est arrêté par un ganglion, la réaction immunitaire se déclenche : les cellules immunitaires se multiplient, le ganglion gonfle.

Chez les personnes qui souffrent d’un cancer, des cellules de la tumeur peuvent passer dans la lymphe. Elles restent bloquées dans les premiers ganglions qu’elles atteignent : c’est ce qu’on appelle l’« envahissement ganglionnaire ». Lorsqu’il enlève une tumeur, le chirurgien va systématiquement enlever le ou les ganglions les plus proches de la tumeur pour y rechercher un éventuel envahissement. Quand les ganglions sont envahis par des cellules tumorales, le cancer est considéré comme plus avancé qu’un cancer qui n’a pas atteint les ganglions.

Lorsque les ganglions laissent passer des cellules cancéreuses, celles-ci se déplacent avec la lymphe et vont s’établir dans d’autres organes (foie, poumon, os, cerveau, par exemple) : c’est la formation des métastases.

Qu’appelle-t-on lymphœdème ?

Un lymphœdème est une augmentation durable du volume d’un bras ou d’une jambe, plus rarement des organes génitaux externes, liée à une accumulation de lymphe. Ce gonflement apparaît lorsque les vaisseaux lymphatiques locaux ne drainent plus assez efficacement la lymphe, qui s'accumule alors dans les tissus situés sous la peau du membre atteint.

On distingue deux types de lymphœdème :

  • les lymphœdèmes dits « primaires » apparaissent chez des personnes qui présentent des malformations congénitales du système lymphatique. Ils ne touchent que les jambes (une seule ou les deux) ou les organes génitaux. Ils surviennent en général sous forme de cas isolés chez un patient jeune après la puberté (les filles sont davantage touchées), les formes familiales de lymphœdème primaire restant exceptionnelles.
  • les lymphœdèmes dits « secondaires », plus fréquents, sont consécutifs à un événement qui va localement endommager une partie du système lymphatique et bloquer partiellement la circulation de la lymphe : chirurgie, traumatisme, cancer, infection parasitaire (filariose lymphatique), etc.
Ne pas confondre lymphœdème et œdème des jambes

Le lymphœdème ne doit pas être confondu avec l'œdème des jambes, qui touche en général les deux jambes. En cas d’œdème des jambes, la peau n’est pas épaissie, ni dure et ni enflammée. De plus, l’œdème des jambes est dû à une accumulation d’eau (le plus souvent liée à un problème cardiovasculaire), alors que le lymphœdème résulte d’une accumulation de la lymphe dans le membre touché.

Actualités

Au-delà de l'approche antivirale, de multiples essais en cours pour lutter contre le choc cytokinique (illustration).

Choc cytokinique : les essais thérapeutiques en cours dans la COVID-19

Une production de cytokines excessive et autoentretenue (illustration).

COVID-19 : le rôle du choc cytokinique et les premières pistes thérapeutiques

Les infirmiers/ières sont autorisé(e)s jusqu'au 15 avril 2020 à prolonger certains soins initialement prescrits par un médecin, au-delà de la durée de validité de l'ordonnance (illustration).

COVID-19 et continuité des soins : des dispositions dérogatoires pour les infirmiers et les sages-femmes