Causes et prévention des lymphœdèmes secondaires

Mis à jour : Lundi 09 Décembre 2019
Image sponsoring article

Quelles sont les causes des lymphœdèmes secondaires ?

Les lymphœdèmes secondaires apparaissent lorsqu’un obstacle (cicatrice, cellules cancéreuses, parasites, micro-organismes infectieux, etc.) gêne la circulation de la lymphe située dans un membre ou dans les organes génitaux. La lymphe s’accumule progressivement en amont de l’obstacle et stagne. L’organe touché gonfle et sa peau s’épaissit.

Mis à part la filariose, maladie parasitaire qui touche 120 millions de personnes dans les pays en voie de développement, la cause la plus fréquente de lymphœdème secondaire est le cancer et ses traitements : chirurgie, radiothérapie et curiethérapie (traitement qui utilise une source radioactive temporairement implantée dans la tumeur). Ils touchent les bras (cancers du sein) ou les jambes, voire les organes génitaux (cancers gynécologiques ou de la prostate).

Les interventions chirurgicales et les traumatismes peuvent également entraîner la formation de cicatrices et d’anomalies des vaisseaux lymphatiques, gênant la circulation de la lymphe. Dans le contexte du cancer du sein, le lymphœdème ne doit pas être confondu avec le gonflement banal du sein, de l'aisselle et du bras qui peut survenir juste après la chirurgie et qui disparaît en quelques jours.

Chez les usagers de drogue par voie intraveineuse, l’injection intraveineuse de produits qui ne sont pas destinés à être injectés peut être à l’origine de lymphœdème du bras.

Dans certains cas, l’insuffisance veineuse chronique peut également se compliquer en lymphœdème d’une jambe.

Quels sont les facteurs de risque des lymphœdèmes secondaires ?

Après une chirurgie ou un traitement anticancéreux, le risque de lymphœdème secondaire est augmenté :

  • si la personne opérée souffre de surpoids ou d’obésité ;
  • si un grand nombre de ganglions lymphatiques ont été enlevés pendant la chirurgie (« curage ganglionnaire ») ;
  • si un sein a été enlevé (mastectomie dans le traitement du cancer du sein) ;
  • si la personne a reçu un traitement par radiothérapie (« rayons ») en plus de la chirurgie ;
  • si la personne mène une vie sédentaire et ne pratique pas d’activité physique ;
  • après avoir reçu certains médicaments de chimiothérapie (taxanes).

Certaines études semblent indiquer que l’hypertension artérielle pourrait constituer un facteur de risque de lymphœdème secondaire.

Les lymphœdèmes secondaires sont-ils fréquents ?

Dans le contexte du cancer du sein, on estime qu’un lymphœdème du bras (souvent appelé « gros bras ») apparaît chez 2 à 7 % des patientes chez qui le chirurgien n’a enlevé qu’un ganglion de l’aisselle, et chez 15 à 28 % des patientes qui ont subi un curage ganglionnaire (de nombreux ganglions de l’aisselle ont été enlevés).

Peut-on prévenir les lymphœdèmes secondaires ?

Dans le cadre du traitement des cancers, on estime que les principales mesures de prévention des lymphœdèmes secondaires sont la perte de poids (chez les personnes qui ont un index de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 30) et la pratique régulière d’une activité physique adaptée.

Les blessures et les infections pouvant jouer un rôle dans le déclenchement de la survenue d’un lymphœdème du bras, mieux vaut les éviter et, dans tous les cas, les traiter rapidement en cas de risque de lymphœdème (curage, radiothérapie, etc.).

D’autres mesures sont parfois suggérées pour limiter le risque d’apparition de lymphœdème en cas de chirurgie du cancer du sein :

  • éviter la chaleur et les voyages en avion ;
  • éviter les prises de sang sur le bras du côté du sein traité.

L’intérêt de ces mesures n’a pas été formellement établi par des études cliniques.

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?