En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

La phytothérapie dans le traitement des palpitations

Mis à jour : Vendredi 10 Février 2017

Quelles plantes pour soulager des palpitations ?

phytothérapie

Pour soulager des palpitations bénignes, on utilise des plantes réputées avoir un effet calmant que l'on peut trouver sous forme de médicaments ou d’extraits.

La valériane pour soulager des palpitations

La valériane est proposée en cas de palpitations chez les adultes, en association à d’autres plantes sédatives (calmantes). De nombreuses substances ont été isolées de cette plante : acide valérénique, valépotriates, glutamine, etc. On penche pour un effet global de ces substances, car administrées séparément, elles ne semblent avoir aucun effet.

L’aubépine pour soulager des palpitations

Les extraits d’aubépine contiennent des flavonoïdes et des proanthocyanidines qui seraient à l’origine des effets positifs de l’aubépine sur le cœur. Chez l’animal, elles renforcent les contractions du muscle cardiaque et régularisent son rythme. L’usage de l’aubépine dans les troubles cardiaques liés à la nervosité est globalement reconnu par les autorités sanitaires.

La passiflore pour soulager des palpitations

La passiflore est traditionnellement utilisée comme sédatif. Ses mécanismes d’action sont mal connus et l’on dispose de peu d’études cliniques, avec pour certaines des résultats contradictoires. Elle est souvent associée à l’aubépine.

Existe-t-il des risques à soulager des palpitations par les plantes ?

Lorsque les palpitations surviennent pour la première fois, que ce soit dans un contexte d’effort sportif, de grande émotion ou sans cause apparente, consultez un médecin avant de prendre des plantes. Un examen médical est nécessaire pour comprendre l’origine des troubles observés.

Les plantes calmantes pourraient augmenter le risque de somnolence de nombreux médicaments : somnifères (benzodiazépines), tranquillisants, antidépresseurs, antiépileptiques, neuroleptiques antipsychotiques, antalgiques ou antitussifs dérivés de l’opium, etc. De plus, ces plantes peuvent provoquer une baisse de la vigilance dans la journée et se révéler dangereuses pour les personnes conduisant un véhicule ou une machine-outil.

  • La valériane est contre-indiquée en cas de troubles du foie.
  • La passiflore peut interagir avec d’autres plantes qui agissent sur le système nerveux ou la coagulation sanguine : valériane, millepertuis, kava, ail, gingembre, ginkgo, trèfle rouge, etc.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères