En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes et le prévention de la prééclampsie

Mis à jour : Vendredi 24 Mars 2017

Quelles sont les causes de la prééclampsie ?

L’hypertension artérielle gravidique et la prééclampsie ne sont pas dues au stress ou à un excès de travail, mais à des anomalies de la formation des vaisseaux sanguins du placenta, l’organe qui permet les échanges entre la mère et le fœtus. Du fait de ces anomalies, celui-ci ne reçoit pas suffisamment de nutriments et d’oxygène et développe un retard de croissance. Chez la mère, le manque d’oxygénation du placenta peut avoir diverses conséquences : une hypertension artérielle gravidique, des lésions au niveau des vaisseaux des reins, du foie et du cerveau, ainsi que des troubles de la coagulation sanguine.

Existe-t-il des facteurs de risque de prééclampsie ?

La prééclampsie est plus fréquemment observée dans les cas suivants :

  • première grossesse ;
  • une faible exposition au sperme du père avant la grossesse (par exemple, du fait d’un changement récent de partenaire ou d’une contraception par préservatif) ; les spécialistes évoquent l’hypothèse d’une réaction immunitaire déclenchée par l’exposition aux antigènes du père de l’enfant ;
  • antécédents de prééclampsie chez la patiente ou dans sa famille (mère, sœur) ;
  • maladie préexistante : obésité, hypertension artérielle chronique, maladie rénale chronique, syndrome des anticorps antiphospholipides, etc.
  • grossesse chez une femme âgée de plus de 40 ans ;
  • grossesse multiple.

Peut-on prévenir l'hypertension artérielle gravidique et la prééclampsie ?

La prévention de l’hypertension gravidique et de la prééclampsie réside avant tout dans la surveillance mensuelle de la femme enceinte : prise de la tension artérielle et recherche de protéines dans les urines, afin de mettre en œuvre un traitement au plus vite le cas échéant.

Une femme qui a déjà souffert de prééclampsie a une chance sur quatre d’avoir à nouveau une prééclampsie lors d’une nouvelle grossesse. En prévention, son médecin peut lui prescrire de l’aspirine à faible dose dès la douzième semaine de cette nouvelle grossesse (attention, au cours de la grossesse, l’aspirine doit TOUJOURS être prise sous contrôle médical, et jamais avant la douzième semaine d’aménorrhée).

Le sulfate de magnésium en perfusion est le traitement préventif de la crise d’éclampsie.

Actualités

Résultats de l'indice HAQ au niveau mondial en 2016 (source : Lancet).

Comparaison affinée de l’accès aux soins de qualité pour 32 pathologies à la mortalité prématurée évitable

Discussion entre professionnels de santé dans un hôpital (illustration).

Risque d’erreur médicale aux urgences : étude française encourageante de l’impact des vérifications croisées

Samuel Mercier, infirmier urgentiste aux Sapeurs Pompiers de Paris, reçoit le premier Prix du Concours Lépine 2018 pour l'invention du MedPack (photo : @ConcoursLepine).

Concours Lépine 2018 : MedPack et trois autres innovations santé au tableau d’honneur