Les symptômes et les complications de la prééclampsie

Mis à jour : Vendredi 24 Mars 2017

Quels sont les symptômes de la prééclampsie et de la crise d'éclampsie ?

La prééclampsie ne provoque pas toujours de symptômes. L’hypertension artérielle, qui existe systématiquement en cas de prééclampsie, provoque des œdèmes (gonflements) des mains, des pieds et du visage notamment, bien que leur seule présence ne prouve pas l’existence d’une prééclampsie (une analyse d’urines doit être réalisée pour rechercher la présence de protéines).

Lorsque la prééclampsie est sévère, la patiente peut également présenter des symptômes tels que : maux de tête persistants, bourdonnements d’oreille, tâches noires ou lumineuses qui bougent (mouches volantes), ou encore une douleur forte juste en dessous des côtes, en particulier du côté droit. Une patiente qui ressent ces symptômes risque davantage de développer une crise d’éclampsie.

La crise d’éclampsie se déroule en quatre phases. Tout d’abord, la patiente roule des yeux tandis que les muscles de son visage et de ses mains se contractent légèrement. Ensuite, pendant environ trente secondes, ses muscles deviennent rigides : la patiente cesse de respirer et peut se mordre la langue en serrant les dents. Au terme de cette phase, la contraction cesse mais de violents spasmes musculaires se déclenchent : ce sont les convulsions, qui durent environ deux minutes. La dernière phase est un coma qui peut durer quelques minutes à plusieurs heures, et peut se compliquer d’un arrêt cardiaque.

Quelles peuvent être les complications d'une prééclampsie ?

En France, la prééclampsie et ses complications sont parmi les principales causes de décès maternel et fœtal. Lorsque la prééclampsie est sévère à un stade précoce de la grossesse (avant 26 semaines d’aménorrhée), une interruption médicale de grossesse peut être recommandée à la famille.

Les complications maternelles aiguës de la prééclampsie

Outre la crise d’éclampsie, la prééclampsie peut être à l’origine de nombreuses complications chez la femme enceinte.

L'hématome rétroplacentaire

L’hématome rétroplacentaire est un décollement prématuré du placenta provoquant un hématome (une poche de sang) entre le placenta et l’utérus. Ce décollement, douloureux, gêne, voire interrompt, les échanges sanguins entre la mère et le fœtus. Une césarienne doit être pratiquée en urgence.

Le syndrome HELLP

Le syndrome HELLP (Hemolyse, Elevated Liver enzymes, Low Plaquettes) est une complication de la prééclampsie qui associe une destruction des globules rouges, des cellules du foie et des plaquettes sanguines. Dans ce cas, une césarienne doit également être pratiquée en urgence.

Les autres complications de la prééclampsie

D’autres complications de la prééclampsie peuvent survenir : coagulation du sang dans les petits vaisseaux sanguins (coagulation intravasculaire disséminée), insuffisance rénale aiguë, rupture hémorragique du foie, accident vasculaire cérébral, œdème aigu du poumon, décollement de la rétine, par exemple.

Les complications fœtales de la prééclampsie

Le fœtus peut, lui aussi, souffrir de complications de la prééclampsie :

  • retard de croissance pendant la grossesse ;
  • souffrance aiguë lors d’un hématome rétroplacentaire ou d’une crise d’éclampsie ;
  • prématurité, parfois extrême, et ses conséquences potentielles ;
  • décès dans 2 à 5 % des cas (soit à cause du manque chronique d’oxygène et de nutriments, soit à la suite d’une complication aiguë).

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?