En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Thrombose veineuse (phlébite)

Mis à jour : Lundi 11 Janvier 2016

La thrombose veineuse, c’est-à-dire la formation d’un caillot sanguin dans une veine, est un problème de santé assez fréquent dont la gravité est liée à ses complications potentielles. Sa prévention et son traitement repose sur l’administration de médicaments spécifiques et le port systématique de bas de contention adaptés. Aujourd’hui, la prévention des thromboses veineuses profondes chez les personnes exposées à ce risque est un souci constant des professionnels de santé, en ville comme à l’hôpital.

Qu'est-ce que la thrombose veineuse ?

Également appelée phlébite ou thrombophlébite, la thrombose veineuse est provoquée par la formation d’un caillot sanguin dans une veine, bloquant partiellement ou complètement le passage du sang. La thrombose veineuse touche essentiellement les jambes (mollet et cuisse, dans 90 % des cas). Lorsqu’elle concerne une veine profonde (de gros diamètre), cette maladie est grave par ses complications, en particulier l’embolie pulmonaire qui peut entraîner la mort.

Qu'est-ce que la thrombose veineuse superficielle ?

Lorsqu’un caillot se forme dans une veine située sous la surface de la peau, on parle de thrombose veineuse superficielle. Cette forme de thrombose est douloureuse mais habituellement sans gravité. Néanmoins, elle constitue un signal d’alerte sur une prédisposition et donc un risque plus élevé de souffrir de thrombose veineuse profonde.

Qu'est-ce que la thrombose veineuse profonde ?

La thrombose veineuse profonde est la conséquence de la formation d’un caillot sanguin dans une veine de gros diamètre, dans les jambes, les bras, l’abdomen, etc. La thrombose veineuse profonde est une urgence médicale du fait de ses possibles complications graves.

La thrombose veineuse profonde peut se produire spontanément chez une personne présentant des facteurs de risque (voir ci-dessous), ou être la conséquence d’une immobilisation prolongée, de lésions de la paroi des veines ou d’une diminution de la fluidité du sang. L’ensemble de ces facteurs augmente le risque de formation d’un caillot dans les veines profondes.

La thrombose veineuse est-elle une maladie fréquente ?

En France, on estime que 300 000 cas de thrombose veineuse profonde sont diagnostiqués chaque année. Dans 20 % des cas, la thrombose veineuse profonde est à l’origine d’une embolie pulmonaire (dont elle est la cause la plus fréquente).

Qui sont les personnes à risque de thrombose veineuse ?

Toutes les personnes qui, pour une raison ou une autre, voient leur mobilité fortement diminuée sont à risque de thrombose veineuse : maladies ou accidents entraînant une immobilisation ou une paralysie, pose d’un plâtre, personnes alitées pour plusieurs jours sans pouvoir se lever, etc.

De plus, certaines catégories de personnes présentent un risque plus élevé de thrombose veineuse :

  • les personnes âgées de plus de 75 ans ;
  • les personnes qui ont déjà connu des problèmes de thrombose ou de varices ;
  • les personnes qui souffrent d’obésité ;
  • les femmes qui prennent des estrogènes (pilule contraceptive ou traitement de la ménopause) ;
  • les personnes qui ont récemment eu un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral (AVC ou « attaque cérébrale », en particulier si celui-ci provoque une paralysie partielle) ;
  • les personnes qui ont subi une intervention chirurgicale, en particulier en chirurgie orthopédique (par exemple, la pose d’une prothèse de hanche ou de genou) ;
  • les personnes qui souffrent de cancer (risque cinq fois plus élevé) ;
  • les personnes qui souffrent d’insuffisance cardiaque ou respiratoire sévère ;
  • les femmes enceintes, à la fin de la grossesse et après l’accouchement (risque cinq à dix fois plus élevé) ;
  • les personnes qui ont un stimulateur cardiaque (« pacemaker ») ou un cathéter veineux central (par exemple pour administrer une chimiothérapie) ;
  • les personnes qui souffrent d’une maladie inflammatoire chronique (lupus, maladie de Crohn, polyarthrite, etc.) ou d’une septicémie (infection généralisée) ;
  • les personnes qui fument.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures