En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements de la thrombose veineuse

Mis à jour : Lundi 11 Janvier 2016

Comment soigne-t-on les phlébites ?

Les traitements de la thrombose veineuse visent essentiellement à soulager les symptômes et à prévenir la formation d’autres caillots. Dans certains cas très particuliers, il peut être nécessaire de retirer le caillot responsable de la thrombose ou d’injecter des médicaments destinés à le dissoudre.

Comment soigne-t-on une thrombose veineuse superficielle ?

Le traitement de la thrombose veineuse superficielle consiste à prendre du repos, à surélever le membre atteint et à appliquer des compresses d’eau tiède deux à trois fois par jour sur la zone enflammée. Un médicament contre la douleur peut éventuellement être prescrit.

Dans certains cas, si la personne présente des risques de thrombose veineuse profonde, le médecin peut décider de prescrire des injections de médicaments anticoagulants pendant une à quatre semaines. Il peut également prescrire une contention à l’aide de bas ou de bandages compressifs (qui sont posés par une infirmière). Parfois, en cas de récidive, le médecin peut faire retirer la veine atteinte (le « stripping »).

Comment soigne-t-on une thrombose veineuse profonde ?

Le traitement de la thrombose veineuse profonde repose d’abord sur des injections quotidiennes d’anticoagulants (héparines). Elles visent à empêcher l’extension du caillot dans la veine et à éviter qu’il ne migre vers les poumons. Les anticoagulants injectables sont rapidement associés à un traitement anticoagulant par voie orale (antivitamine K ou AVK), dont l’action est plus longue à se mettre en place.

Après quelques jours, lorsque les AVK sont suffisamment efficaces (des prises de sang sont faites pour s’en assurer), le traitement anticoagulant injectable est arrêté. Le traitement par AVK est poursuivi pour une durée allant de six semaines à plus d’un an, voire à vie, selon les patients.

En plus des traitements médicamenteux, le médecin prescrit des bas de contention de classe III à porter pendant au moins deux ans.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?