En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Soigner ses varices

Mis à jour : Lundi 08 Février 2016

La décision et le choix du traitement d'une varice doit se faire en concertation avec le médecin phlébologue, le chirurgien et le patient.

La contention élastique dans le traitement des varices des jambes

Comme dans le cas de l’insuffisance veineuse chronique (jambes lourdes), le traitement de référence des varices reste le port d'une contention élastique (« bas à varices»). La contention permet d’assurer une pression sur la jambe. Elle améliore l'efficacité du retour veineux lié aux mouvements du mollet lors de la marche. Son port régulier peut permettre de limiter les complications de la maladie (pigmentation et fragilisation de la peau, ulcère).

La contention est préconisée dès l'apparition des premiers symptômes de varices. Elle peut prendre la forme de bandes, de chaussettes, de bas ou de collants de contention.

Les bas, les collants et les chaussettes sont les plus adaptés pour un traitement au long court des varices. Ils sont portés le jour et retirés la nuit. En France, les différents types de contention se répartissent en quatre classes selon la pression qu’ils exercent sur la jambe, pression qui est exprimée en millimètres de mercure (mm Hg). Il existe différentes tailles de bas, chaussettes et collants de contention. Le pharmacien doit prendre différentes mesures (par exemple celle de la cheville), le matin afin de déterminer la taille adéquate.

Les bas de contention sont contre-indiqués chez les personnes atteintes de maladie des artères des jambes (artérite).

Lorsque la contention est prescrite par un médecin, son coût est partiellement pris en charge par l’Assurance maladie.

Les veinotoniques dans le traitement des varices des jambes

Les médicaments veinotoniques, tout comme certains extraits de plantes (hamamélis, mélilot, marron d’Inde, vigne rouge, etc.) sont parfois proposés dans l’insuffisance veineuses chronique pour soulager les symptômes (jambes lourdes, impatiences), mais ils n’ont pas d’action sur l’évolution de la maladie (apparition de varicosité ou de varice). Ils ne peuvent pas remplacer la contention élastique. Compte-tenu de leur efficacité mal établie, ils ne sont pas remboursés par l'Assurance maladie.

La sclérose des varices

La sclérose des varices (ou sclérothérapie) consiste à injecter dans la veine malade un produit irritant, sous forme de liquide ou de mousse, parfois avec un guidage par échographie. Le produit va entraîner localement une réaction inflammatoire pendant quelques jours, qui à terme fait disparaître la varice. Cette technique a prouvé son efficacité pour les varices localisées, de petite taille. Il existe certaines contre-indications (état de la personne, importance de la maladie veineuse, allergie...).

Le traitement endovasculaire des varices des jambes

Le traitement endovasculaire des varices consiste à détruire la veine par l'application à l’intérieur de la veine d'une énergie convertie en chaleur. La chaleur entraîne une occlusion de la veine qui interrompt la circulation du sang dans la veine. Deux techniques permettent de produire cette énergie : la radiofréquence et le laser.
L’intervention se fait en bloc opératoire sous anesthésie locale. La reprise de la marche est conseillée dans les heures qui suivent l'occlusion.

Après l’intervention, il est possible de ressentir pendant plusieurs mois une sorte de cordon sous la peau, qui peut être douloureux et gênant.

La méthode de destruction par radiofréquence est remboursée par l'Assurance maladie, celle par laser ne l'est pas (ameli-santé).

La chirurgie des varices des jambes

L'opération des varices consiste à retirer les veines malades. La circulation du sang se fait alors par les veines profondes. Il existe différentes techniques : crossectomie, l'éveinage ou "stripping" et la phlébectomie.

La crossectomie et le stripping

La crossectomie consiste à pratiquer une ligature à l’endroit où la veine malade rejoint le système veineux profond. Une petite incision est pratiquée dans le pli de l’aine (ou parfois dans le creux du genou), de manière à avoir accès à la veine.

Le stripping consiste à retirer la grande veine saphène (appelée Saphène interne) ou la petite veine saphène (appelée Saphène externe). Deux méthodes différentes peuvent être utilisées pour l’extraire.

L’opération se fait habituellement en chirurgie ambulatoire ; le patient est admis le matin à l’hôpital ou à la clinique, est opéré dans la journée et sort le soir même de l'intervention. L’intervention peut être réalisée sous anesthésie générale, péridurale ou plus rarement locale.
La reprise des activités professionnelles n’est pas immédiate. Un arrêt de travail de durée variable (1 à 4 semaines selon l'activité, l'âge, l'état de santé du patient) est nécessaire.
Après l’opération, le médecin prescrit des antalgiques pour combattre la douleur, un anticoagulant injectable en prévention des thromboses veineuses et une contention élastique à porter pendant la durée préconisée.

Des bleus au niveau de la cuisse et de la jambe ainsi que des hématomes sont fréquents après l’intervention et disparaissent progressivement. Certaines complications sont possibles, telles qu’une infection au niveau de la cicatrice ou plus rarement une phlébite.

Comme le stripping ne traite que les veines saphènes, la prise en charge des varices superficielles nécessite d’autres techniques (sclérose, phlébectomie) et le respect des règles de prévention courantes.

La phlébectomie

Cette technique consiste à pratiquer de petites incisions le long de la varice et à y introduire un petit crochet pour attraper la varice et la retirer par petits bouts. Les incisions sont ensuite refermées par des Stéristrips et un pansement compressif est posé.
L’intervention se déroule au bloc opératoire sous anesthésie locale. La marche est possible dès la fin de l'intervention. La reprise d'activité est rapide.

Après l’opération, des hématomes sont fréquents et des fourmillements ou des démangeaisons peuvent être ressentis. Un oedème de cheville est possible. Des petites traces et indurations peuvent apparaître au niveau des points d’incision. Elles disparaissent progressivement.

La phébectomie permet d’enlever des varices superficielles. Elle est parfois associée au stripping.

bonjour docteur

Les différents traitements anti-varices

Actualités

Le toucher des personnes atteintes d'une maladie d'Alzheimer, avec leur consentement et après avoir été prévenues, pourrait diminuer leur anxiété, les apaiser (illustration).

Communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer : 10 conseils à suivre, 5 erreurs à éviter

L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent

Santé en France : l’OCDE dresse un état des lieux contrasté

La plupart des souches vaccinales contre la grippe sont cultivés dans des oeufs (illustration).

Grippe : la faible efficacité du vaccin liée aux mutations survenant pendant la culture dans des oeufs