En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Déshydratation et coup de chaleur

Mis à jour : Vendredi 20 Juillet 2018

L’exercice physique intense, comme les climats chauds qui associent l’humidité à la chaleur, peuvent se révéler dangereux pour la santé. Ils imposent de savoir se protéger du coup de chaleur et de boire suffisamment pour compenser les pertes en eau liées à la transpiration.

Qu’est-ce que le coup de chaleur ?

coup de chaleur

Notre organisme lutte contre la chaleur en transpirant. L’évaporation de la sueur consomme des calories et refroidit la peau. Lorsque le climat est chaud et humide, et en particulier si la personne fait des efforts physiques et boit trop peu, ce mécanisme de thermorégulation se révèle insuffisant et la température interne du corps augmente dangereusement : c’est le coup de chaleur ou hyperthermie. Ces premiers signes sont : maux de tête, vertiges, sensation de chaleur intense, modifications de la peau (rougeur, sécheresse, moiteur, chaleur), troubles du comportement pouvant aller de la somnolence à l’agressivité, démarche titubante, fatigue et soif intenses, crampes musculaires, nausées ou vomissements, fièvre supérieure ou égale à 40°C, pouls et respiration accélérés, chute de la pression artérielle, voire coma mortel.

Si le risque d’hyperthermie est important pour les enfants et toutes les personnes âgées ou fragiles (en particulier celles qui ont perdu leur autonomie), il concerne également les adolescents et les adultes qui pratiquent des activités physiques intenses et prolongées, en particulier en plein air par temps chaud(sport, travail, jardinage, etc.). Les personnes souffrant de maladies aiguës ou chroniques sont également davantage à risque. Lors d’une canicule, la prise de certains médicaments, ou de drogues illicites, peut également aggraver les symptômes du coup de chaleur.

Chez des personnes traitées par des neuroleptiques, l’apparition d’une fièvre inexpliquée (température supérieure à 38 °C) nécessite une consultation médicale d’urgence. Ces substances peuvent en effet provoquer un effet indésirable très grave qui apparaît progressivement, le syndrome malin. Ce syndrome se traduit par une fièvre élevée, des sueurs, des troubles de la conscience, une salivation excessive, etc.

Qu’est-ce que la déshydratation ?

La déshydratation se manifeste lorsque les pertes en eau du corps sont plus importantes que les apports par les boissons et les aliments. Apprenez à reconnaître les premiers signes de déshydratation : la sensation de soif et de bouche sèche, une diminution du volume des urines qui prennent une couleur foncée, une fatigue et des maux de tête. A un stade plus avancé, elle se traduit par de la fièvre et, parfois, un enfoncement des globes oculaires, des troubles du comportement ou une perte de conscience. Dans les cas sévères, la déshydratation peut se révéler mortelle. Les risques sont plus élevés en cas de forte fièvre, de diarrhée ou de vomissements répétitifs .

Les personnes âgées sont particulièrement exposées au risque de déshydratation, car elles éprouvent moins la sensation de soif. De plus, elles suivent parfois des traitements qui augmentent les pertes en eau (diurétiques). La prise de certains médicaments peut également aggraver la déshydratation lors d’une vague de chaleur.

Les sportifs et les personnes travaillant en plein air en été sont également plus exposées à la déshydratation.

Les enfants sont également très vulnérables, en particulier les nourrissons qui peuvent se déshydrater en quelques heures. Chez eux, la déshydratation se traduit par une baisse de tonus, un teint grisâtre, des yeux cernés, une peau et une langue sèches, de la fièvre, une perte de poids et, parfois, des convulsions. Ne laissez jamais un nourrisson seul dans une voiture.

L’épuisement, lors de perte excessive de sels minéraux
L’épuisement lié à la chaleur est causé par une perte excessive de sels minéraux. Ses symptômes sont une sensation de faiblesse, des vertiges, parfois une fièvre peu élevée (moins de 40°C, parfois absente), des nausées, une transpiration abondante, parfois des troubles de la vue ou des difficultés à dormir. Il est plus fréquemment observé chez les personnes âgées et les nourrissons. Des mesures doivent être prises pour compenser les pertes d’eau et de sels minéraux, par exemple à l’aide de solutés de réhydratation disponibles en pharmacies.

Actualités

Les acides gras oméga-3 issus d'huiles de poisson sont sans effet sur le risque cardiovasculaire (illustration).

Risque cardiovasculaire et oméga-3 : résultats d'une méta-analyse Cochrane et de l'étude VITAL

Lymphodème du bras modéré à gauche, avancé à droite (© NEJM 2018).

Traitement du cancer du sein : comment prévenir et, si besoin, traiter un lymphoedème du bras ?

Le dosage de l'HbA1c permet d'évaluer la glycémie moyenne sur plusieurs mois, du moins en l'absence d'anomalie des globules rouges (illustration).

Diabète de type 2 : que faire lorsqu'une variation de l’HbA1c n’est pas due à la glycémie ?