Fièvre de l’adulte

Mis à jour : Vendredi 31 Janvier 2020

Un organisme sain est en mesure de maintenir une température interne à peu près constante, entre 36°C et 37,2°C, même dans des conditions très défavorables, c’est à dire par une très forte chaleur ou, au contraire, lorsque la température extérieure est basse. Par définition, la fièvre se définit par une température corporelle plus élevée que la normale.

Quand parle-t-on de fièvre chez l’adulte ?

fièvre

La fièvre n’est pas une maladie en soi, mais une manifestation signalant une réaction de l’organisme, le plus souvent face à une infection. Chez un adulte, on parle en général de fièvre lorsque la température interne du corps dépasse 38°C. Elle s’annonce par une sensation de froid, des frissons plus ou moins intenses, voire des claquements de dents. La personne se sent faible. Plus tard, la transpiration devient abondante, le pouls et la respiration s’accélèrent, la soif augmente.

Quelles sont les causes de la fièvre chez l’adulte ?

La plupart du temps, la fièvre est provoquée par une infection virale, bactérienne ou parasitaire. La fièvre peut également avoir d’autres causes :

  • un coup de chaleur ou une insolation ;
  • des troubles du système immunitaire ;
  • une réaction à certains médicaments ;
  • une réaction à un vaccin, par exemple le vaccin contre la fièvre jaune ;
  • des troubles de la région du cerveau contrôlant la régulation de la température interne ;
  • les suites d’un traumatisme ou d’une brûlure grave.

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif