Fièvre de l’adulte

Mis à jour : Jeudi 19 Janvier 2017

La fièvre n’est pas une maladie en soi, mais une manifestation signalant une réaction de l’organisme, le plus souvent face à une infection. Une température élevée étant difficile à supporter, il est parfois nécessaire de la faire baisser au moyen d’un médicament contre la fièvre, ou médicament antipyrétique.

Quels sont les symptômes de la fièvre ?

fièvre

Un organisme sain est en mesure de maintenir une température interne à peu près constante, entre 36°C et 37,2°C, même dans des conditions très défavorables, c’est à dire par une très forte chaleur ou, au contraire, lorsque la température extérieure est basse. Par définition, la fièvre se définit par une température corporelle plus élevée que la normale. On parle en général de fièvre lorsque la température interne du corps dépasse 38°C.

La fièvre s’accompagne souvent d’autres signes dus à la maladie qui la provoque, surtout lors d’une infection. Dans ce cas précis, elle s’annonce, par exemple, par une sensation de froid, des frissons plus ou moins intenses, voire des claquements de dents. La personne se sent faible. Plus tard, la transpiration devient abondante, le pouls et la respiration s’accélèrent, la soif augmente. Selon la cause de la fièvre, d’autres troubles peuvent se manifester comme des douleurs articulaires, des nausées, des maux de tête, des diarrhées, etc.

Quelles sont les causes de la fièvre ?

    La plupart du temps, la fièvre est provoquée par une infection virale, bactérienne ou parasitaire. La fièvre peut également avoir d’autres causes :
  • un coup de chaleur ;
  • une insolation ;
  • des troubles du système immunitaire ;
  • une réaction à certains médicaments ;
  • une réaction à un vaccin, par exemple le vaccin contre la fièvre jaune ;
  • des troubles de la région du cerveau contrôlant la régulation de la température interne ;
  • les suites d’un traumatisme ou d’une brûlure grave.

Que faire en cas de fièvre ?

Surveillez l’évolution de la température. La manière la plus précise de la mesurer est d’utiliser un thermomètre électronique par voie rectale (par l’anus) ou vaginale. L’utilisation d’un thermomètre électronique dans la bouche demande plus de temps et doit être corrigée, la bouche étant moins chaude que le corps. Les thermomètres infrarouges à utiliser dans l’oreille sont rapides (une seconde) mais exigent une bonne technique pour viser le tympan avec l’appareil. Les autres techniques et appareils de mesure ne sont pas conseillés.

Evitez la déshydratation, conséquence de la transpiration due à la fièvre. Buvez de préférence des tisanes légèrement sucrées, de l’eau minérale, des jus de fruits ou du bouillon.

N’utilisez un médicament antipyrétique que si la fièvre est mal supportée.

Conduite à tenir en cas de fièvre
  Si la fièvre s'accompagne de violents maux de tête, ou d'une raideur de la nuque, ou de vomissements, ou d'une diminution de la force musculaire, ou d'une sensation de malaise, ou de fortes douleurs dans la poitrine ou au ventre, ou de frissons violents, ou de troubles du comportement (15 ou 112).
  Si la fièvre se manifeste après un séjour dans une région où sévit le paludisme.
  Si la fièvre persiste sans amélioration au-delà de 48 heures.
  Si la fièvre est associée à des douleurs urinaires, ou des maux de tête modérés, ou une gêne respiratoire.
  Si la fièvre survient au retour d'un voyage exotique
  Si la fièvre accompagne un rhume, un refroidissement ou une autre cause bénigne et bien déterminée.
Légende
Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de fièvre ?

En questionnant et en examinant le patient, le médecin tente de déterminer la cause de la fièvre. Il recherche l’apparition éventuelle de ganglions s’il soupçonne une infection. Dans certains cas, il peut avoir recours à une analyse de sang, d’urines ou une radiographie. Le traitement de la fièvre dépend de sa cause première. Si l’origine est virale, comme lors d’un refroidissement, le médecin recommande seulement un traitement antipyrétique (contre la fièvre). S’il s’agit d’une infection bactérienne, le médecin prescrit un traitement antibiotique qui, en bloquant la multiplication des bactéries, contribuera à faire baisser la fièvre.


Quelles plantes pour soulager la fièvre ?

phytothérapie

Les plantes proposées contre la fièvre sont essentiellement le saule blanc, la reine-des-prés, la petite centaurée et le sureau noir.

Le saule blanc et la reine-des-prés dans le traitement de la fièvre

Grâce à ses flavonoïdes et à ses composés salicylés (en particulier la salicine), l’écorce de saule blanc est traditionnellement utilisée pour faire tomber la fièvre. On la prend sous forme de gélules, d’extrait sec ou liquide. La reine-des-prés, ou spirée, qui contient des substances proches de celles du saule blanc, est parfois utilisée contre les fièvres modérées.

La petite centaurée dans le traitement de la fièvre

La petite centaurée contient également des flavonoïdes, des acides phénols et des xanthones, qui pourraient être à l’origine de son action contre la fièvre observée chez l’animal. Les fleurs séchées se prennent en infusion.

Le sureau noir dans le traitement de la fièvre

Les fleurs séchées de sureau noir sont parfois utilisées pour lutter contre la fièvre, en particulier quand elle est liée aux infections respiratoires bénignes (rhume, rhinopharyngite, etc.).

Existe-t-il des risques à soulager la fièvre avec des plantes ?

Attention, si la fièvre est associée à d’autres symptômes (douleurs urinaires, maux de tête, gêne respiratoire, raideur de la nuque, vomissements, malaise, douleurs dans la poitrine ou le ventre, par exemple), une consultation médicale rapide s’impose.

De plus, toute fièvre apparaissant après un séjour en zone tropicale justifie une consultation en urgence. Enfin, la persistance d'une fièvre modérée pendant plus de 48 heures doit également amener à consulter un médecin.

Les contre-indications de l’écorce de saule blanc correspondent essentiellement à celles de l’aspirine. Comme toutes les plantes amères, la petite centaurée n’est pas recommandée aux personnes souffrant d’ulcère de l’estomac ou du duodénum.


Comment soulage-t-on la fièvre chez un adulte ?

Le traitement de la fièvre consiste avant tout à traiter sa cause. Chez l’adulte, lorsque la fièvre est mal supportée, plusieurs substances antipyrétiques peuvent être utilisées pour faire baisser la température en complément du traitement de la cause : le paracétamol à prendre en première intention, l’aspirine et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, diclofénac, kétoprofène et naproxène). Un seul médicament suffit habituellement à contrôler la fièvre. L’ajout d’un deuxième médicament est rarement nécessaire. N’utilisez pas d’antipyrétique plus de trois jours sans avis médical.

Pendant la grossesse, le traitement de la fièvre repose essentiellement sur l’usage du paracétamol dont la sécurité a été amplement démontrée. Des effets néfastes pour la femme enceinte et l'enfant à naître ont été mis en évidence lorsque l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés au cours des quatre derniers mois de la grossesse ; le risque existe même avec une seule prise et même si la grossesse est à terme. Leur usage est donc contre-indiqué pendant cette période pour traiter la fièvre.

Le paracétamol

Le paracétamol est utilisé à la dose de 500 mg à 1 g, une à trois fois par jour sans dépasser 3 g par jour sans avis médical. Il ne faut pas dépasser les doses préconisées et respecter un intervalle minimal de 6 heures entre les prises. Le paracétamol est habituellement très bien toléré. Il ne doit pas être utilisé en cas de maladie grave du foie. Attention à l’automédication : de nombreux médicaments proposés pour soulager les symptômes du rhume contiennent du paracétamol. Il faut en tenir compte si vous en prenez car un surdosage en paracétamol est potentiellement toxique pour le foie.

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

L’aspirine et les AINS

L’aspirine et les AINS sont agressifs pour l’estomac et ne doivent pas être utilisés en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum. Les doses maximales ne doivent pas être dépassées sans l’avis du médecin.

AINS : kétoprofène

AINS : naproxène

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les associations antipyrétiques

L’aspirine (acide acétylsalicylique) ou le paracétamol sont parfois associés à de la vitamine C ou à de la caféine dans certains médicaments proposés dans le traitement de la fièvre ; l’intérêt de ces associations n’est pas démontré.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 16 Avril 2019

Aspirine + caféine et/ou vitamine C

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance