En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Symptômes et complications de l'infection à CMV

Mis à jour : Mardi 15 Avril 2014

Quels sont les symptômes de l'infection à cytomégalovirus ?

Chez 90 % des personnes adultes non immunodéprimées, l’infection par le cytomégalovirus passe inaperçue. Lorsque des symptômes apparaissent, en général un mois après la contamination, la personne infectée souffre de fièvre et de fatigue pendant une période allant de deux à douze semaines, ainsi que de maux de tête, de douleurs musculaires, d’une perte de poids et, parfois, de pharyngite. Des examens sanguins mettent alors le CMV en évidence.

Chez la femme enceinte, les symptômes de l’infection à CMV sont généralement peu caractéristiques et évoquent une grippe légère : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires. Pour cette raison, toute fièvre inexpliquée chez une femme enceinte justifie une consultation médicale en urgence.

Lorsque le CMV traverse le placenta, le fœtus peut présenter ou non des symptômes. Dans 90 % des cas, l’infection est inapparente chez le fœtus, mais des séquelles peuvent néanmoins apparaître après la naissance (voir ci-dessous). C’est fréquemment le cas lorsque l’infection se produit au cours du troisième trimestre de grossesse.

Lorsque le fœtus présente des symptômes, ceux-ci sont sévères dans la moitié des cas environ : des anomalies du développement peuvent être décelées par échographie ou IRM. Dans un tiers des cas d’infection sévère du fœtus, une naissance prématurée ou une fausse couche peut se produire, ce dernier cas étant provoqué par son décès dans l’utérus.

Quelles sont les complications de l'infection à CMV pour le nouveau-né ?

Les enfants nés d’une mère contaminée par le cytomégalovirus pendant la grossesse peuvent souffrir de séquelles durables et handicapantes.

Lorsque le fœtus n'a souffert d'aucun symptôme lié au cytomégalovirus

Après la naissance, le nourrisson continue à excréter du CMV pendant quelques années, en particulier dans les urines. De plus, 5 à 15 % de ces enfants ont des séquelles tardives, le plus souvent une surdité, parfois un retard d’apprentissage.

Lorsque le fœtus a développé des symptômes liés au cutomégalovirus

Les nouveau-nés qui ont souffert d’une infection par le cytomégalovirus symptomatique pendant la grossesse présentent souvent des symptômes à la naissance : jaunisse, convulsions, paralysie, retard de croissance, etc. Lorsque ces symptômes sont importants, le risque de séquelles neurologiques durables est élevé (environ 60 %). Lorsque l’intensité des symptômes est modérée, des séquelles de type surdité ou retard psychomoteur peuvent être observées chez environ un tiers des enfants. Les deux autres tiers récupèrent de l’infection et ont un développement normal.

Ces enfants excrètent également du CMV pendant plusieurs années après la naissance, même après récupération complète.

Actualités

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019

80 % des syndromes de Takotsubo (syndrome du cœur brisé) touchent les femmes de plus de 50 ans (illustration).

Syndrome du cœur brisé (de Takotsubo) : publication d'un consensus d’experts, mais des questions demeurent

Le test Immunoscore prédit la progression du cancer du côlon en mesurant la présence de lymphocytes CD3 et CD8 cytotoxiques dans et autour de la tumeur (illustration).

Cancer du côlon : efficacité confirmée du test Immunoscore pour évaluer le risque de récidive après chirurgie