En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas de mal de tête ?

Mis à jour : Vendredi 18 Mai 2018

Ce que vous pouvez faire

  • Allongez-vous dans une pièce calme et sombre.
  • Essayez de dormir.
  • Appliquez une compresse froide sur la nuque.
  • Prenez un bain chaud.

Chez un enfant migraineux, lorsque la crise survient, le sommeil reste le meilleur traitement. Un environnement très calme et un léger massage relaxant peuvent suffire à endormir le bébé. Il faut penser à le nourrir s’il a faim. Les parents doivent, dans la mesure du possible, éviter de paniquer car cela entretient le stress de l’enfant.

Conduite à tenir en cas de mal de tête
alt alt Si le mal de tête est soudain, inhabituel et intense.
alt Si les maux de tête s'accompagnent d'autres symptômes comme, par exemple :
- une forte fièvre ;
- une raideur de la nuque ;
- des vomissements ;
- une diminution de la force musculaire ;
- une sensation de malaise ;
- des troubles de la marche ou de l'élocution ;
- des convulsions.
  alt Si les maux de tête s'accompagnent d'autres symptômes comme, par exemple :
- des troubles de la vision ;
- des tremblements ;
- une agitation importante.
  alt Si la personne a des antécédents d'hypertension artérielle.
  alt Si les maux de tête durent plus longtemps que d'habitude.
  alt Si des maux de tête habituels changent brusquement de nature et d'intensité.
  alt Si les céphalées ne régressent pas après 48 heures d'automédication.
  alt Si les maux de tête sont occasionnels ou liés à une cause connue.
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
alt Consultez un médecin dans la journée.
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin ?

Il examine et questionne le patient pour déterminer le type de mal de tête. Dans le cas de maux de tête incessants, il est parfois nécessaire de réaliser des examens complémentaires (scanner cérébral, IRM, etc.) pour en préciser les causes. Il peut éventuellement prescrire un médicament, en tenant compte des médicaments pris avant la consultation.

Quelles sont les complications éventuelles du mal de tête ?

Les maux de tête ordinaires n’entraînent aucune complication. Mais là encore, il est parfois difficile de déterminer s’ils sont anodins ou le signe d’une maladie plus grave. Dans le doute, mieux vaut consulter son médecin, notamment lorsqu’on a violemment mal à la tête, ou si les douleurs se prolongent. Si vous êtes sujet aux céphalées à répétition, il vous sera peut-être difficile de déterminer si elles sont banales ou non. Il faut alors tenter de noter si elles sont différentes en intensité, en durée et en fréquence.

Quelles sont les complications éventuelles des migraines ?

La migraine est une maladie handicapante, en raison de la fréquence des crises (2 ou plus par mois chez 40 à 50 % des patients), de leur durée (plus de 24 heures chez 40 % des patients), de leur intensité (sévère ou très sévère chez plus de la moitié des patients. Elle peut avoir un retentissement sur la vie quotidienne, professionnelle, sociale et familiale.

De plus, des études ont mis en évidence une augmentation du risque cardiovasculaire chez les personnes souffrant de migraine, en particulier vis-à-vis du risque d'infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral, en particulier chez les femmes et lors de migraine avec aura (voir Actualités).

Actualités

Dépression et burnout : un danger pour les médecins avec des répercussions sur les patients (illustration).

Quand les médecins dépriment, les patients trinquent aussi

Selon la HAS, le dépistage universel de l'hépatite C n'est pas pertinent en France

Hépatite C : selon la HAS, le dépistage universel n’est pas pertinent en France

En France, environ 20 000 personnes ont initié un traitement prophylactique pré-exposition au VIH (PrEP)

Prévention du VIH : depuis 2016, plus de 20 000 personnes ont initié une PrEP