En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes des méningites infectieuses

Mis à jour : Lundi 19 Juin 2017

Les méningites infectieuses peuvent être dues à des virus, des bactéries ou d’autres micro-organismes.

Les méningites dues à des virus

Les méningites virales, qui sont les plus fréquentes (70 à 80 % des cas), sont généralement bénignes. La guérison survient en cinq à dix jours, mais des maux de tête peuvent persister plusieurs semaines. Les méningites virales ont des origines variées : virus de la famille des Entérovirus, virus de la varicelle, de la mononucléose infectieuse, de la rougeole, des oreillons, de la grippe ou de l’herpès (qui provoque les méningites virales les plus graves), etc.

Les méningites dues à des bactéries

Les méningites bactériennes mettent la vie du patient en danger. Elles nécessitent une prise en charge médicale urgente.

Plusieurs types de bactéries peuvent être à l’origine de méningites :

  • Le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae) est le plus fréquent (environ la moitié cas de méningite bactérienne en France). Cette bactérie se développe dans le nez et la gorge (rhinopharynx) où elle peut rester plusieurs mois sans provoquer de symptômes (c’est ce qu’on appelle le « portage sain »). Parfois, sans que l’on en sache les mécanismes, ce pneumocoque provoque des otites, une pneumonie, une méningite voire une septicémie (infection généralisée).
  • Le méningocoque (Neisseria meningitidis) est responsable d’environ un quart des cas de méningite bactérienne en France. Comme le pneumocoque, cette bactérie se développe dans le nez et la gorge où elle peut rester longtemps sans provoquer de symptômes. Toutefois, chez certaines personnes, le méningocoque est à l’origine d’une méningite ou d’une septicémie.
  • Les streptocoques du groupe B (en particulier Streptococcus agalactiae) sont la cause d’environ 10 % des cas de méningite en France. Mais, chez les nouveau-nés de moins de deux mois, cette bactérie est responsable de près de 80 % des méningites. Les femmes hébergent fréquemment cette bactérie sur les parois du vagin (sans aucun symptôme) et il arrive que les nouveau-nés soient contaminés lors de l’accouchement. Pour cette raison, il est recommandé aux femmes enceintes de réaliser un prélèvement vaginal en fin de grossesse (au cours du neuvième mois), afin de rechercher la présence de streptocoques B et de mettre en œuvre, si nécessaire, un traitement antibiotique adapté pendant l’accouchement.
  • D’autres bactéries peuvent également être à l’origine de méningites : la listeria (Listeria monocytogenes), Hæmophilus influenzae B ou encore Mycobacterium tuberculosis (la bactérie responsable de la tuberculose).
Qu'appelle-t-on sérogroupe ?
Au sein d’une même espèce, certaines bactéries et certains virus présentent de petites variations de structure. Ces sous-espèces sont appelées « sérogroupes ». Par exemple, il existe 91 sérogroupes de pneumocoques et douze sérogroupes de méningocoques. Un vaccin peut n’être efficace que sur certains de ces sérogroupes, ce qui complique la prévention des méningites.

Les méningites dues à d'autres micro-organismes

Les méningites dites « fongiques » sont causées par des champignons microscopiques (Cryptococcus neoformans, Candida albicans, par exemple) : elles sont rares mais sévères, car elles surviennent chez des personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Enfin, les méningites peuvent être dues à un parasite microscopique (par exemple, ceux à l'origine de la toxoplasmose ou du paludisme) ou à un ver (ascaris, oxyures, etc.).

Actualités

Le dixième Prix Paroles de Patients récompense "Le Perroquet", une œuvre bouleversante et magnifique

La dispensation d'antibiotiques à l'unité diminue le volume vendu et semble améliorer l'observance

Expérimentation de la dispensation à l’unité des antibiotiques : résultats d'une étude de l'Inserm

Représentation en 3D de virus de la grippe (illustration).

Vaccination contre la grippe 2017-2018 : en pratique