La douleur chez les personnes âgées

Mis à jour : Vendredi 31 Janvier 2020

Chez les personnes âgées, la douleur est fréquente, souvent liée à de nombreuses affections chroniques, notamment du système locomoteur (douleurs sciatiques, arthrose, douleurs musculaires, etc.). Trois quarts des personnes âgées hospitalisées souffriraient de symptômes douloureux sans que ceux-ci soient toujours correctement évalués et pris en charge.

L’expression de la douleur chez les personnes âgées s’apparente à celle des adultes mais, lors de problèmes de santé graves, elle peut s'apparenter à celle des enfants. L’hypothèse selon laquelle les personnes très âgées – plus de quatre-vingts ans – ressentiraient moins la douleur n’est, à l’heure actuelle, pas vérifiée. Il convient donc de considérer qu’elle doit être prise en charge avec la même attention et les mêmes soins que chez l’adulte plus jeune.

De nombreux troubles de santé liés à l’âge viennent perturber l’expression de la douleur. Les moyens d’exprimer la douleur peuvent se trouver limités par des difficultés de communication associées à des troubles de l’audition, des troubles de la parole ou des troubles cognitifs plus graves (maladie d’Alzheimer par exemple). Dans tous ces cas, il convient d’observer attentivement les signes non verbaux : mimiques du visage, attitudes (les positions dites antalgiques) et comportements (repli sur soi, tristesse ou agressivité, perte d’appétit, etc.).

Le contexte affectif peut également perturber l’expression de la douleur. L’isolement, l’ennui, un état dépressif, le sentiment de n’avoir plus d’importance peuvent conduire une personne âgée à endurer ses souffrances en les exprimant très peu. De nouveau, ce sont les signes généraux qui doivent alerter les professionnels de santé.

Soulager les douleurs des personnes âgées est essentiel. Chez elles, le contrôle de la douleur augmente l’autonomie. La personne âgée peut de nouveau se déplacer, s’occuper d’elle-même et communiquer avec l’entourage familial ou amical, ce qui améliore son moral et entretient ses facultés intellectuelles.

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif