En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Que faire en cas de douleur ?

Mis à jour : Jeudi 04 Octobre 2018

Que fait-on en cas de douleur ?

Face à l’expression d’une douleur, qu’elle soit verbalisée par la personne qui souffre ou que ses signes soient observés par le personnel soignant, la première mesure consiste à en rechercher la cause. Un ensemble d’examens complémentaires complète l’examen clinique et aide à poser un diagnostic (imagerie médicale, analyses biologiques, etc.). Les traitements de la cause doivent entraîner la disparition de la douleur à plus ou moins courte échéance. En attendant leurs effets, la douleur est soulagée par des antalgiques tant que cela reste nécessaire. En cas d’urgence, par exemple lorsqu’il s’agit d’un accident ou d’une fracture, l’équipe médicale peut être amenée à utiliser des antalgiques forts (morphine, par exemple) avant de mettre en œuvre le traitement de la cause de la douleur, dès lors que la nature de celle-ci a été clairement identifiée.

En cas de douleur chronique ou cancéreuse, le problème est souvent complexe et sa prise en charge est pluridisciplinaire : les médecins et le personnel infirmier prennent l’avis d’autres spécialistes (psychologues, kinésithérapeutes, etc.) afin de proposer une approche globale au patient.

Le Programme national de lutte contre la douleur, promu par les pouvoirs publics français prévoit la mise en place de centres antidouleur hospitaliers sur l’ensemble du territoire.

Conduite à tenir en cas de douleur chez l'adulte
alt alt Si la douleur est très brutale, très intense et sans cause évidente.
alt Si les sensations douloureuses se situent dans la poitrine, irradient vers le bras gauche (ou parfois droit), voire le cou et la mâchoire.
alt Si la douleur est intense, qu'elle est due à un traumatisme et qu'elle persiste, même sans blessure apparente.
  alt Si la douleur évoque une maladie grave : appendicite, colique néphrétique, par exemple.
  alt Si l'on ressent une douleur inhabituelle et que l'on prend par ailleurs un traitement.
  alt Si l'on se sent obligé d'augmenter les doses d'antalgiques pour calmer une douleur familière, ou obligé d'en prendre tous les jours.
  alt Si une douleur même supportable s'installe de manière chronique pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.
  alt Si la douleur est ponctuelle, due à une cause bénigne et bien déterminée.
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
alt Consultez un médecin dans la journée.
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Actualités

Lymphodème du bras modéré à gauche, avancé à droite (© NEJM 2018).

Traitement du cancer du sein : comment prévenir et, si besoin, traiter un lymphoedème du bras ?

Le dosage de l\'HbA1c permet d\'évaluer la glycémie moyenne sur plusieurs mois, du moins en l\'absence d\'anomalie des globules rouges (illustration).

Diabète de type 2 : que faire lorsqu'une variation de l’HbA1c n’est pas due à la glycémie ?

L\\\'exercice physique adapté améliore la cicatrisation des ulcères de jambe veineux (illustration).

Ulcère de jambe veineux : l’activité physique adaptée améliore significativement la cicatrisation