Ballonnement, flatulence et aérophagie

Mis à jour : Jeudi 12 Décembre 2019

On n’aime guère parler de ces troubles, appelés « flatulences », « météorisme », « ballonnements », ou tout simplement « pets ». Au mieux, ils font rire mais ils peuvent également mettre dans l’embarras les personnes qui en sont affectées. Il suffit parfois de modifier son alimentation pour que les désagréments provoqués disparaissent.

Qu’appelle-t-on ballonnements ?

Les ballonnements intestinaux sont dus à l'accumulation de gaz intestinaux. Si ces gaz ne peuvent pas être éliminés, ils s’accumulent et provoquent des douleurs. De plus, lorsqu’une personne avale de l’air, cela peut se traduire par des tiraillements dans le ventre. Les aliments le plus fréquemment en cause dans les ballonnements sont :

  • les choux, choux fleurs et brocolis ;
  • les légumes secs tels les pois, haricots, fèves, lentilles, mais aussi les féculents en général ;
  • le pain au son, le pain complet et les céréales du petit déjeuner.

Quels sont les symptômes des ballonnements ?

Les symptômes des ballonnements intestinaux sont des gargouillis dans le tube digestif et parfois des douleurs de tension dans le ventre, ainsi que des flatulences. Si les gaz sont expulsés, ils répandent une odeur désagréable et gênante. Si les ballonnements sont importants et douloureux, il est parfois difficile de les distinguer d’autres troubles de l’intestin, comme par exemple la constipation. Les ballonnements n’entraînent généralement pas de complications.

ballonnements

Qu'appelle-t-on aérophagie ?

Le phénomène d’aérophagie se produit lorsqu’une personne « mange de l’air ». Avaler deux à quatre litres d’air par jour est tout à fait normal. Mais un trop gros volume de gaz provoque une dilatation de l’estomac qui, lorsqu’elle est importante, se traduit par des tiraillements dans le ventre. Si une partie de l’air est émis par la bouche, une autre partie suit le même parcours que les aliments et va augmenter le volume des flatulences.

L’aérophagie serait due en partie à la nervosité, provoquant chez certaines personnes des déglutitions fréquentes. Manger ou boire trop vite, ou parler en s’alimentant augmente également la quantité d’air avalé. Enfin, la mastication de chewing-gums, les boissons gazeuses et le grignotage entre les repas favorisent l’aérophagie.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?