En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Quelles sont les causes des ballonnements ?

Mis à jour : Vendredi 03 Novembre 2017

Le rôle de l’alimentation

    L’intestin abrite naturellement de nombreuses bactéries, indispensables à la digestion des aliments. Ces micro-organismes décomposent les aliments en divers éléments, parmi lesquels des gaz. Les aliments le plus fréquemment en cause dans la survenue des troubles sont :
  • les légumes « fibreux » tels les choux, choux-fleurs, brocolis qui peuvent entraîner météorisme et douleurs ;
  • les féculents tels les pois, haricots, fèves, lentilles, le couscous, mais aussi les féculents en général (pain, pâtisserie, entremets) ;
  • le pain au son, le pain complet, les céréales du petit déjeuner.

Lorsqu’une personne avale de l’air en mangeant, elle se prépare également à souffrir de ballonnement du ventre.

Les aliments lactés peuvent provoquer météorisme et diarrhée chez les personnes intolérantes au lactose.

Les autres causes de ballonnements

La constipation est une cause fréquente de ballonnement.

De nombreux médicaments peuvent également entraîner la survenue de ballonnements ou de flatulences. C’est notamment le cas des laxatifs de lest qui contiennent des fibres alimentaires.

Les flatulences sont un problème fréquent en fin de grossesse, lorsque la femme enceinte doit manger davantage de fibres pour lutter contre la constipation et que l’utérus fait pression sur les intestins.

D’autres causes plus graves, telles qu’un reflux gastro-oesophagien, une infection gastro-intestinale, une intoxication alimentaire, une crise d’appendicite, peuvent occasionner des ballonnements. La persistance de ces symptômes doit donc amener à consulter un médecin.

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un