Brûlures d’estomac et RGO

Mis à jour : Lundi 02 Mars 2020

Les sensations d’aigreur ou de brûlure sont les maux d’estomac les plus fréquents. Au-delà de l’âge de cinquante ans, près de la moitié de la population en souffre. Lorsqu’elles sont occasionnelles, aucune cause n’est souvent décelable. Si elles se produisent régulièrement après chaque repas, il faut consulter un médecin.

Que sont les brûlures d'estomac ?

femme ayant des brûlures d'estomac

Les sensations d’aigreur ou de brûlure sont les maux d’estomac les plus fréquents. Lorsqu’elles sont occasionnelles, après un repas copieux par exemple, ces sensations n’ont rien d’alarmant. Mais si elles se produisent régulièrement après chaque repas, elles justifient une consultation médicale. Au-delà de l’âge de 50 ans, près de la moitié de la population en souffre. Dix pour cent des adultes décrivent des brûlures d’estomac au moins une fois par semaine et 2 à 5 % une fois par jour.

Quels sont les symptômes des brûlures d'estomac ?

Les brûlures et les régurgitations se manifestent par une sensation douloureuse dans la région de l’estomac, après un repas. Ces douleurs irradient parfois derrière le sternum, voire dans la gorge. Les aigreurs sont souvent accompagnées de renvois acides ou d’accès de toux, en particulier la nuit. Parfois, les douleurs sont plus fortes lorsque l’on se baisse, que l’on se penche en avant, que l’on se couche, ou lors d’un effort physique. Chez des personnes affaiblies, le reflux peut pénétrer dans les voies respiratoires et provoquer une infection pulmonaire.

Quelles sont les complications éventuelles des aigreurs d’estomac ?

Lorsque les sucs gastriques refluent régulièrement dans l’œsophage, on parle de reflux gastro-œsophagien ou RGO. Dans ce cas, les sucs gastriques risquent de provoquer une inflammation, appelée « œsophagite de reflux », qui rend difficile et douloureuse la déglutition. Cette inflammation peut parfois rétrécir l’œsophage. A la longue, un ulcère de sa paroi peut apparaître. Chez des personnes affaiblies, le reflux peut pénétrer dans les voies respiratoires et provoquer une infection pulmonaire.


Le reflux anormal du contenu de l'estomac

Lorsqu’il rejoint l’estomac, l’œsophage traverse le diaphragme , un grand muscle en forme de dôme qui sépare les organes de l’abdomen de ceux de la cage thoracique. Le diaphragme forme à cet endroit une sorte de cravate qui, accompagnée d’un muscle en forme d’anneau, le cardia, empêche le contenu de l’estomac de refluer vers l’œsophage. Lorsque ce mécanisme ne fonctionne plus normalement, les sucs gastriques remontent depuis l’estomac vers l’œsophage, irritant la paroi de ce dernier.

schéma estomac RGO
Schéma explicatif du reflux-gastro œsophagien

Quelles sont les causes des brûlures d’estomac ?

    Il existe plusieurs causes de brûlures d’estomac, parmi lesquelles :
  • une perte d’efficacité des attaches du diaphragme qui enserrent le bas de l’œsophage, entraînant une remontée d’une partie de l’estomac dans la cage thoracique (hernie diaphragmatique ou hernie hiatale) ;
  • une surproduction de sucs acides de l’estomac ;
  • une augmentation de la pression exercée sur l’estomac (imputable, par exemple, à un excès de poids ou à une grossesse) ;
  • des repas irréguliers, trop gras ou trop copieux ;
  • certains aliments (épices, aliments acides, boissons alcoolisées, café, etc.) ;
  • la prise de certains médicaments, en particulier ceux destinés à lutter contre les inflammations ;
  • l’usage du tabac ;
  • le stress.

Souvent aucune cause n’est décelable, en particulier quand les brûlures d’estomac sont occasionnelles.


Que faire en cas de brûlures d’estomac ?

En cas de brûlures d’estomac occasionnelles, il est possible de recourir à l’automédication en prenant un médicament sans ordonnance pour neutraliser l’acide gastrique (médicaments antiacides) ou inhiber sa formation (médicaments inhibiteurs de la pompe à protons).

Vous pouvez également chercher si un changement alimentaire n’est pas à l’origine des brûlures (aliments sucrés ou acides, nouvelles boissons, etc.), afin d’éviter de le reprendre.

Conduite à tenir en cas de brûlures d’estomac
  alt Si les brûlures d'estomac sont accompagnées de difficultés à avaler.
  alt Si de fréquents accès de toux se produisent en position couchée.
  alt Si les brûlures d'estomac sont difficiles à supporter.
  alt Si l'automédication n'apporte pas de soulagement rapide.
  alt Si les brûlures d'estomac sont récidivantes malgré l'automédication.
  alt Si les brûlures surviennent occasionnellement.
Légende
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas d’aigreurs d’estomac ?

Souvent, le diagnostic ne nécessite pas d’examen particulier. Les symptômes (sensation de brûlure douloureuse, régurgitations acides) suffisent au médecin pour prescrire un traitement destiné à réduire l’acidité et la douleur. Il pratiquera des examens à la recherche d’une autre maladie de l’estomac, si les symptômes persistent malgré le traitement. L’examen complémentaire le plus courant est la fibroscopie œsogastrique (ou œsogastroduodénale) qui peut se faire sous anesthésie légère. Après avoir insensibilisé la gorge, le médecin introduit délicatement par la bouche et le long de la gorge un tube très mince, muni à son bout d’une minuscule fibre optique permettant d’obtenir des images précises de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum. Elle permet d’observer d’éventuelles lésions occasionnées par les remontées d’acide le long de l’œsophage. Si nécessaire, le médecin peut également prélever un petit fragment d’œsophage pour analyse. Chez certaines personnes, une sonde est laissée en place quelques heures durant, pour enregistrer la fréquence des reflux et mesurer leur acidité.


Quelques mesures hygiénodiététiques simples vous permettront de diminuer la fréquence des brûlures d’estomac.

Sélectionnez vos aliments

Certains produits ont tendance à favoriser ces troubles : les agrumes, la choucroute, les tomates, les plats épicés, les aliments conservés dans le vinaigre, le miel et les confitures, le chocolat, le café et les colas, le thé, la bière, les boissons alcoolisées, etc. Ces aliments diffèrent selon les individus. A chacun d’identifier les aliments qui lui portent préjudice.

Mangez lentement et fractionnez vos repas

Essayez de prendre plusieurs repas légers et évitez de trop manger le soir.

Buvez au bon moment.

Evitez de trop boire pendant les repas, pour ne pas augmenter le volume contenu dans l’estomac.

Attendez avant de vous allonger

Après un repas, mieux vaut laisser s’écouler deux à trois heures avant de se coucher.

Surélevez la tête de votre lit

Remontez la tête de votre lit de 10 à 15 cm (sauf si vous avez des problèmes d’insuffisance veineuse, comme des varices par exemple) au moyen de cales ou de briques placées sous ses pieds.

Arrêtez de fumer

Si vous fumez, essayez d’arrêtez. Le tabagisme favorise les reflux acides.

Portez des vêtements larges

Les ceintures ou les pantalons serrés compriment le bas du ventre et favorisent le reflux.

Détendez-vous

Le stress contracte vos muscles, y compris ceux de votre estomac. Essayez diverses méthodes de relaxation pour relâcher votre tension nerveuse.

Perdez du poids

Si vous souffrez d’excès de poids, la perte de quelques kilos peut suffire à soulager les brûlures, en diminuant la pression exercée par votre surpoids sur l’estomac.

Faites attention aux anti-inflammatoires

Si vous prenez un médicament contre les inflammations, assurez-vous de le prendre au milieu d’un repas.


Lorsque les mesures d’hygiène de vie sont insuffisantes, votre médecin ou votre pharmacien peut vous conseiller plusieurs types de médicaments destinés à traiter les brûlures d’estomac et les renvois acides. Leur mode d’action diffère selon les catégories.

Quels sont les traitements des brûlures d'estomac ?

Les médicaments antiacides d’action locale permettent de diminuer ou de neutraliser l’acidité du suc gastrique. Les antiacides sont parfois associés aux alginates, des substances formant un gel visqueux qui surnage dans l’estomac. Leur effet est immédiat, mais parfois de courte durée. Lorsque les symptômes se produisent plus d’une fois par semaine, le médecin peut prescrire un inhibiteur de la pompe à protons. Ces médicaments ont un effet prolongé, mais retardé : 2 ou 3 jours de traitement peuvent être nécessaires pour soulager les douleurs.

Les antiacides d'action locale dans le traitement des remontées acides

Les antiacides d’action locale seuls ou associés aux alginates agissent sur les symptômes. Ils doivent être pris au moment des troubles ou dans les situations pouvant les favoriser (repas copieux, etc.). Leur effet est rapide. Ces médicaments sont disponibles sans ordonnance et peuvent être pris sur les conseils du pharmacien. Les médicaments listés ci-dessous sont spécifiquement indiqués dans le traitement symptomatique du reflux gastro-œsophagien.

Antiacides d'action locale

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les autres antiacides et pansements digestifs dans le traitement des brûlures d’estomac

D'autres antiacides sont proposés pour soulager les brûlures d'estomac et les remontées acides. Ils sont souvent associés aux pansements digestifs, comme la diosmectite, le kaolin, la diméticone ou la siméticone. Les pansements digestifs protègent l’œsophage des remontées acides en le tapissant d’un film protecteur. Ces médicaments sont également vendus sans ordonnance. Ils ne doivent pas être utilisés de façon prolongée sans avis médical.

Charbon + autre substance

Pansements digestifs

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les antihistaminiques H2 dans le traitement du reflux gastro-oesophagien

Les antihistaminiques de type H2 (anti-H2) diminuent la sécrétion de suc gastrique, en bloquant l’action de l’histamine. Ce sont les premiers médicaments ayant démontré leur efficacité dans le traitement des inflammations de l’œsophage dues au reflux gastro-œsophagien. Ils sont utilisés à faible dose dans le traitement des symptômes du reflux gastro-œsophagien, sur prescription d’un médecin. Ils peuvent être associés aux antiacides qui ont un mode d’action différent.

Parmi les antihistaminiques H2, la cimétidine expose à plus d’interactions médicamenteuses que les autres substances de cette famille des médicaments. Pour cette raison, son utilisation est réduite.

Légende
Médicament générique

Les inhibiteurs de la pompe à protons dans le traitement du reflux gastro-oesophagien

Les médicaments de la famille des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ont également la propriété de diminuer la sécrétion acide dans l’estomac. Lorsque les symptômes sont fréquents (plus d’une fois par semaine), le médecin peut prescrire un de ces médicaments. Ils ont un effet prolongé, mais retardé : deux ou trois jours de traitement peuvent être nécessaires pour soulager les douleurs. Ils doivent être pris le plus souvent avant le premier repas de la journée. Certains inhibiteurs de la pompe à protons contenant de l’ésoméprazole, de l'oméprazole ou du pantoprazole peuvent être achetés sans ordonnance. Sans avis médical, le traitement doit être de courte durée. Si les symptômes persistent après 2 semaines de traitement, il faut consulter un médecin. Les inhibiteurs de la pompe à protons sont parfois utilisés sur prescription médicale avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens pour protéger l'estomac, chez les personnes qui ont des risques accrus de complications digestives.

Les inhibiteurs de la pompe à protons peuvent être très rarement responsables de lupus érythémateux cutané. Si des lésions cutanées apparaissent, notamment sur les zones exposées au soleil, et si elles s'accompagnent de douleurs articulaires, il faut consulter un médecin rapidement. De plus, leur utilisation peut entraîner une baisse du taux de magnésium dans le sang et un risque de fracture (en cas de prise à forte doses sur une durée prolongée de plus de 1 an).

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 14 Mai 2020

Inhibiteurs de la pompe à protons

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Le traitement chirurgical

Une intervention chirurgicale peut être proposée par le médecin si le reflux persiste malgré traitement médicamenteux. Son objectif est de reconstituer une barrière antireflux. La chirurgie peut permettre également de corriger une éventuelle hernie hiatale. Elle nécessite un bilan préalable comportant une manométrie (mesure de la pression dans l’œsophage). Elle entraîne un soulagement des symptômes dans 80 à 90 % des cas.


Sources et références de l'article "Brûlures d’estomac et RGO"