En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic et le traitement des calculs biliaires

Mis à jour : Mardi 31 Octobre 2017

Comment diagnostique-t-on les calculs biliaires ?

Le calcul biliaire, le plus souvent lié à une saturation de la bile en cholestérol, peut passer inaperçu et est alors découvert lors d'un examen d'imagerie pour un autre problème: échographie hépatobiliaire, radiographie d'abdomen sans préparation ou scanner abdominal.

A l'occasion d'une crise de colique biliaire ou d’une infection de la vésicule, le médecin peut rechercher des calculs biliaires. Ils sont visibles par échographie (échoendoscopie) ou, parfois, par IRM (cholangio-IRM).

Comment soigne-t-on les coliques biliaires ?

Si un calcul biliaire est repéré par hasard au cours d’un examen d'imagerie et qu’il ne provoque pas de symptôme, aucun traitement n’est habituellement envisagé. En cas de symptômes, notamment de colique biliaire, le médecin prescrit tout d'abord un médicament pour soulager la douleur. Un traitement chirurgical est ensuite envisagé, parfois en urgence en cas de complications.

Le soulagement de la douleur de coliques biliaires

Lorsqu’une crise de colique biliaire se déclenche, le traitement pour soulager la douleur repose sur des antalgiques (AINS) ou certains antispasmodiques. Si le soulagement est insuffisant, les antalgiques opiacés ou morphiniques peuvent être prescrits par le médecin. Si des signes d’infection sont observés (fièvre, douleurs intenses et durables), la personne doit être hospitalisée en urgence et recevoir des perfusions d’antibiotiques.

La réévaluation du rapport bénéfice/risque de la trimébutine (DEBRIDAT et ses génériques) a conduit les autorités de santé à réduire son périmètre d'utilisation : l'indication dans le traitement des douleurs des voies biliaires a été supprimée. Ces médicaments ne devraient plus être utilisés dans cette indication (Voir Actualités).

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Le traitement chirurgical des lithiases biliaires

L'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est le seul traitement durablement efficace contre les crises de coliques biliaires. Ce traitement chirurgical nécessite généralement de faire trois petites incisions dans la paroi du ventre (technique laparoscopique). Cette intervention courante et peu traumatisante n’entraîne aucun trouble particulier car, en l’absence de vésicule biliaire, la bile continue à s’écouler dans l’intestin. Par la suite aucun régime spécial n’est requis, sauf chez de rares personnes qui ont tendance à avoir des selles molles. Chez ces personnes, un régime moins riche en graisses est conseillé, accompagné parfois d’un médicament destiné à absorber l’excès de bile présent dans l’intestin.

Les acides biliaires dans le traitement des lithiases biliaires

Lorsque le patient n'est pas opérable, le médecin peut proposer un médicament contenant de l'acide ursodésoxycholique, un acide biliaire. Ces médicaments visent à dissoudre les calculs de la vésicule biliaire. Ils ne sont efficaces que si les calculs sont de petite taille et seulement composés de cholestérol. Le traitement doit être poursuivi entre 6 et 18 mois.

Légende
Médicament générique

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures